Steve MacKay, saxophoniste des Stooges, est mort

Steve MacKay, le saxoponiste des Stoooges, ici en... (Photo tirée de Wikipédia)

Agrandir

Steve MacKay, le saxoponiste des Stoooges, ici en arrière plan, lors d'un concert à Katowice, en Pologne, en 2012.

Photo tirée de Wikipédia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le saxophoniste des Stooges, l'Américain Steve MacKay, est mort des suites d'une infection à l'âge de 66 ans, a annoncé l'icône du rock Iggy Pop, qui l'avait repéré dans les années 1970.

« Steve était un Américain typique des années 1960, plein de générosité et d'amour pour tous ceux qu'il rencontrait », a écrit Iggy Pop sur Facebook dimanche.

« À chaque fois qu'il portait son saxo à ses lèvres et jouait, il illuminait mon chemin et égayait le monde entier », a-t-il ajouté.

Steve MacKay, dont la date de la mort n'a pas été précisée, combattait un sepsis, une infection générale et grave de l'organisme.

Il était surtout connu pour son rôle dans le groupe de rock américain The Stooges et notamment pour leur deuxième album, Fun House, sorti en 1970, dans lequel son saxophone tonitruant et libre rappelait de grands morceaux de jazz.

Cet album a contribué à l'essor du punk, émergeant à l'époque.

Malgré son influence, Steve MacKay est renvoyé après seulement six mois au sein du groupe, dont les premiers concerts étaient connus pour leur irrégularité, alimentée par la consommation d'héroïne.

Le groupe est reformé en 2003 par Iggy Pop, qui décide après une longue carrière solo de rappeler Steve MacKay.

Dans l'intervalle de plusieurs décennies qui sépare ces deux périodes Stooges, le saxophoniste joue pour plusieurs groupes, dont The Violent Femmes, groupe punk de Milwaukee.

« Au final, ce ne serait pas exagéré de considérer Steve comme le plus grand joueur de saxo rock and roll de tous les temps », a écrit sur Facebook le bassiste des Violent Femmes, Brian Ritchie.

« Il était le premier à allier la sonorité rauque du début du rock à la liberté et la joie de l'improvisation libre, tout en jouant chaque note avec une totale concentration », a-t-il ajouté.

Après s'être exilé un temps à Amsterdam pour jouer avec des groupes en Europe, Steve MacKay était revenu dans le Michigan, dans le nord des États-Unis, où il avait un petit groupe, Carnal Kitchen.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer