Grateful Dead fait ses adieux

Les membres du groupe Grateful Dead ont salué... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les membres du groupe Grateful Dead ont salué la foule hier au Soldier Field Stadium de Chicago.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Shaun Tandon
Agence France-Presse
Chicago

Pendant des décennies, les fans des Grateful Dead ont enregistré, débattu et noté méthodiquement les chansons interprétées par le légendaire groupe de rock lors de leurs 2300 concerts.

Donc les paris allaient bon train dimanche soir parmi les «Deadheads», les fans du groupe qui le suivent de concert en concert, pour deviner quel serait l'ultime morceau joué par les musiciens de la génération hippie, dont certains ont désormais les tempes grisonnantes, à l'instar de Touch of Grey, leur seul titre à avoir figuré parmi les dix premiers du classement américain.

Devant des milliers de fans en pleurs et portant pour beaucoup ses fameux tee-shirts multicolores, le groupe a terminé son tout dernier concert, qui a duré plusieurs heures, avec une version acoustique et minimaliste de la chanson Attics of My Life.

Les Grateful Dead l'ont rarement interprétée, sauf à la fin de leur carrière, avec des paroles adaptées: «I have spent my life seeking all that's still unsung» (J'ai passé ma vie à chercher tout ce qui reste méconnu).

La chanson a aussi apporté une touche d'émotion aux cinq derniers concerts - trois à Chicago et deux près de la ville natale du groupe, San Francisco -, qui ont fait râler certains fans étant donné que le groupe s'est toujours targué de ne jamais se mettre en avant.

Les Dead ont quand même lancé des feux d'artifice avec, lors du concert du 4 juillet, jour de fête nationale aux États-Unis, des éclairages de l'Empire State Building à New York dédiés au public de Chicago pendant la chanson US Blues.

Mais ils ont refusé de projeter un hologramme de leur historique chanteur Jerry Garcia, décédé après un concert en 1995, trouvant l'idée de mauvais goût.

Les billets de ces derniers concerts ont été les plus convoités de ces dernières années, avec des prix atteignant des sommets au marché noir.

Quelque 71 000 billets ont été vendus pour le seul concert de dimanche soir, un record pour le stade de football américain Soldier Field.

«Une grande famille»

Grateful Dead a suscité un attachement particulier qui a commencé à la fin des années 1960. Mais contrairement aux attentes, tous les âges étaient représentés parmi le public de Chicago.

«Je suis né en 1978 mais j'ai des visions des années 1970», affirme Wolfgang Rehmert, un Deadhead originaire d'Allemagne, qui a rencontré sa femme à New York parmi d'autres fans.

Résident à Hawaii, il a assisté aux concerts de Californie avant de partager la voiture d'autres fans pour se rendre à Chicago, à 3500 kilomètres de là, où il a réussi à trouver des billets à la dernière minute.

«Rien ne vaut un concert de Grateful Dead. C'est comme une grande famille, on s'assure que tout le monde a ce qu'il faut», poursuit-il.

Julie Kelleher, de Floride, fait partie de la deuxième génération, née en 1989, cinq ans après le début des itinérances de sa mère pour suivre les concerts du groupe.

«J'ai vu beaucoup de groupes, mais les Grateful Dead sont vraiment uniques», estime-t-elle. «Tout le monde est très ouvert et on est tous ensemble».

La présence de jeunes a surpris Chris Aymond, un fan de 55 ans originaire du Minnesota qui a vu l'un des derniers concerts avec Garcia. «C'est super qu'il y ait tous ces jeunes. Jerry serait fier».

Grateful Dead a aussi marqué les jeunes en jouant à ses derniers concerts avec le guitariste Trey Anastasio de Phish, considéré comme l'héritier des Dead.

Dès la première chanson, quand des centaines de joints ont été instantanément allumés et sont passés de main en main, Trey Anastasio s'est révélé une présence dominante.

Après être resté en retrait pour ne pas faire d'ombre aux membres historiques, il a accompagné par des solos de guitare puissants des chansons comme Scarlet Begonias vendredi.

Peu loquace sur scène, le groupe de rock psychédélique, qui intègre des éléments de blues, de country et de jazz, est aussi adulé pour ses improvisations.

Dernier fan en date, le président Barack Obama a salué dans leur dernier programme un groupe «incarnant la créativité, la passion et la capacité à réunir des gens qui rend la musique américaine si géniale».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer