Imagine Dragons brille grâce à Moment Factory

Le rock accrocheur d'Imagine Dragons et les effets... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Le rock accrocheur d'Imagine Dragons et les effets de Moment Factory se sont rencontrés pour un grand concert au Centre Bell hier soir, devant plus de 17 000 spectateurs.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois de son histoire, la boîte montréalaise Moment Factory signe tout le volet visuel d'un spectacle pop-rock, de la première à la dernière minute. L'heureux élu ? Le groupe Imagine Dragons, qui s'est produit hier soir au Centre Bell devant 17 000 personnes de tous les âges.

Avant de revenir sur l'apport de Moment Factory, parlons de l'impressionnant spectacle rodé au quart de tour. Se divisant en trois actes, il a démarré avec des jets de fumée cachés par un drap blanc laissant entrevoir les membres du groupe formé de Dan Reynolds, Daniel Wayne Sermon, Daniel Platzman et Ben McKee.

Une passerelle a permis au premier de prendre un bain de foule dès les premières notes de Shots, troisième extrait du nouvel album d'Imagine Dragons, paru en février dernier. Le fougueux chanteur a tout donné dès le premier titre, jusqu'à la fin du spectacle.

On connaît l'attachement du groupe de Las Vegas pour Montréal. «L'un de mes endroits préférés au monde, et je ne dis pas ça partout. La meilleure bouffe, les meilleures gens...», a lancé Dan Reynolds, qui a brandi fièrement un drapeau du Québec. On connaît aussi l'attachement de sa bande pour le restaurant Le pied de cochon, que le groupe a vanté à La Presse deux fois et revisité une fois de plus avant-hier soir.

Rock et illusions d'optique

Dan Reynolds a usé avec brio de son chant puissant et viscéral. Il a néanmoins laissé le public chanter les paroles du tube It's Time par coeur.

Imagine Dragons a surpris la foule avec une reprise de Forever Young d'Alphaville. Il a enfoncé la pédale rock pendant I'm So Sorry. Autre moment fort : le solo de guitare de Gold et son effet visuel de tunnel. Des lasers ont agrémenté la pièce-titre du deuxième album.

Nous avons vu ce que Moment Factory nous avait promis. «Le nouvel album s'appelle Smoke + Mirrors et le groupe voulait le représenter visuellement, avait souligné lors de notre visite dans les coulisses cet après-midi aux côtés de Sakchin Bessette, partenaire fondateur et directeur de la création de la boîte montréalaise. Cela reste vaporeux avec des illusions d'optique. C'est bien sorti avec de la profondeur et des effets.»

Ajoutons que Moment Factory a respecté l'esprit rock du spectacle d'Imagine Dragons. La boîte n'a pas ménagé ses effets, mais sans en faire trop aux moments opportuns. Après tout, le bruit de tambour suffit pour que le tube Radioactive fasse des flammèches.

Le succès est venu rapidement pour Imagine Dragons. Son tube Radioactive et son premier album, Night Visions, lui ont permis d'attirer des marées humaines, notamment à Osheaga et pour la première fois au Centre Bell, en 2013. Le spectacle d'hier témoigne parfaitement de la reconnaissance du groupe pour son public.

Et celle du groupe envers Montréal, en particulier, est palpable en spectacle. Un lien fort s'est resserré hier soir - et au fil des années - entre le public montréalais et Imagine Dragons.

Une première pour Moment Factory

La tournée d'Imagine Dragons a débuté il y a trois semaines, à Portland. Le spectacle vit de lui-même et le travail est terminé pour Moment Factory. Les nombreux employés qui assistaient au spectacle, hier soir, se sont contentés de jouir du fruit du travail accompli. Citons tout de même le nom du producteur Daniel Jean.

La boîte a plus d'une fois collaboré de façon ponctuelle avec Imagine Dragons, notamment pour un clip et une prestation au gala des Grammy. C'est la première fois que Moment Factory assure l'ensemble du dispositif scénique de tournée pop-rock, des éclairages aux projections, du début à la fin du spectacle. Cela en a facilité la conception du fil narratif. Un «dialogue» se noue entre chaque effet de mise en scène.

«Cela nous donne une synergie et un contrôle créatifs. Pour le groupe aussi, car tout est fait maison. C'est le résultat d'une seule vision», explique Sakchin Bessette.

Metric : sixième album en septembre

Metric précédait Imagine Dragons sur la scène du Centre Bell. Le groupe vient par ailleurs d'annoncer la sortie de son sixième album, intitulé Pagans in Vegas, pour le 18 septembre.

Hier soir, la bande d'Emily Haines a interprété de nouvelles pièces, dont le premier extrait, The Shade, et le plus récent, Cascades. Metric préfère assurer les premières parties de gros spectacles d'aréna alors qu'il pourrait facilement remplir le Métropolis ? Voilà une stratégie qui en dit long sur les ambitions du groupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer