Les Daft Punk sculptés sans leur casque

Il s'agit de la première représentation physique des... (Photo AFP)

Agrandir

Il s'agit de la première représentation physique des Daft Punk sans leurs célèbres casques de robots.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Shaun TANDON
Agence France-Presse
NEW YORK

Quand le sculpteur français Xavier Veilhan a convaincu les Daft Punk de poser pour lui, le duo, qui apparaît toujours masqué, a exceptionnellement enlevé ses casques.

Le résultat: une sculpture en contreplaqué de bouleau un peu plus petite que la réalité de Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter, de pied, les mains dans les poches, les visages dissimulés derrière de simples lunettes de soleil.

L'oeuvre est visible depuis jeudi dans le cadre de l'exposition Music, qui rend hommage aux grands producteurs de musique à la Galerie Perrotin, la célèbre galerie d'art contemporain à New York.

Il s'agit de la première représentation physique des Daft Punk sans leurs célèbres casques de robots.

«Ils ont proposé une sculpture qui serait comme les photographies d'eux qui n'existent pas», a expliqué Xavier Veilhan à l'AFP.

«La sculpture est presque un retour au Moyen-Âge, où la seule manière d'être représenté était par la sculpture ou la peinture. Ça m'a beaucoup intéressé -- c'était à la fois nouveau et relié à l'Histoire.»

Les Daft Punk, figures emblématiques de la musique électronique française qui ont explosé sur la scène internationale à la fin des années 1990, ne donnent que très peu d'entrevues à une époque où les stars sont souvent ultra connectées avec leurs fans à travers les réseaux sociaux.

Même quand le duo a triomphé lors des Grammy Awards de 2014 pour leur album Random Access Memories, Bangalter et de Homem-Christo se sont présentés sur scène affublés de leurs traditionnel casque.

«J'adore ça, parce qu'ils contrôlent leur propre image», s'est enthousiasmé Veilhan.

Les visages derrière la musique

Selon le plasticien français, ce sont les Daft Punk eux-mêmes qui ont proposé de tomber le casque lorsqu'ils se sont présentés à son studio parisien pour ce projet.

«Ils savaient que je m'intéressais à eux davantage pour leur travail de producteurs et comme il seraient présentés sous leurs véritables noms, ils ont proposé de l'être aussi avec leur véritable apparence», a précisé Xavier Veilhan.

Il dit être attiré par les producteurs de musique car leur travail ressemble à celui de sculpteur.

«Vous travaillez dans l'ombre mais le résultat est mis en lumière. Les gens écoutent le travail d'un producteur, mais n'ont aucune idée de qui l'a fait», a-t-il développé. «Je me suis intéressé à cet aspect moins évident de la musique.»

L'une de ses sculptures les plus frappantes est celle de Rick Rubin, le producteur qui a amené le hip-hop dans la culture populaire avec des groupes comme les Beastie Boys et Run-DMC. Rick Rubin, connu pour son style vestimentaire décontracté et sa barbe façon Raspoutine, est taillé dans le chêne, couché sur un matelas.

Xavier Veilhan est connu pour son utilisation des scanners 3D pour le guider dans ses sculptures.

«Je crois qu'à chaque période de l'histoire, nous avons utilisé les techniques de notre temps», a-t-il indiqué. «Je veux utiliser la technologie d'aujourd'hui, mais c'est encore très humain car nous sommes faits de chair et d'os.»

L'exposition se déroulera jusqu'au 11 avril, avec, en parallèle, une série de spectacles à la Galerie Perrotin dès le 7 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer