• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Cinq millions d'indemnisation pour Sly Stone, spolié par son manager 

Cinq millions d'indemnisation pour Sly Stone, spolié par son manager

Sly Stone... (Photo Mark J. Terrill, Archives AP)

Agrandir

Sly Stone

Photo Mark J. Terrill, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Le chanteur de funk Sly Stone, meneur du groupe Sly and the family Stone, devrait toucher 5 millions de dollars d'indemnisations après avoir gagné un procès contre ses ex-manager et avocat, qu'il accusait de l'avoir spolié.

Sylvester Stewart de son vrai nom avait poursuivi en 2010, il y a quasiment cinq ans jour pour jour, son ex-manager Gerald Goldstein et son ancien avocat Glenn Stone ainsi que la société affiliée Even St Productions.

En proie à des problèmes de drogue, devenu un temps sans domicile fixe et incapable de subvenir à ses besoins, Sly Stone affirmait que MM. Goldstein et Stone ne lui avaient presque pas versé de droits d'auteur pendant plus de 20 ans.

«Ils lui versaient des droits d'auteurs mais très loin de ce qu'ils lui devaient. C'était un grand artiste, il est toujours populaire et ses chansons génèrent toujours un million de dollars par an», a expliqué à l'AFP l'un de ses avocats, Nicholas Hornberger.

D'après un autre avocat du musicien, Robert Allan, Sly Stone n'aurait par ailleurs reçu aucun relevé de droits d'auteurs sur les deux décennies allant de 1989 à 2009.

Le tribunal supérieur de Los Angeles lui a donné raison mardi après deux jours de délibérations avec un verdict «unanime», selon M. Hornberger.

D'après lui, le cas de Sly Stone illustre la façon dont beaucoup d'artistes de l'industrie musicale ou cinématographique sont victimes des personnes qui sont censées protéger leurs intérêts.

D'après Nicholas Hornberger, M. Goldstein a utilisé les droits d'auteurs détournés pour financer un style de vie extravagant et acheter des propriétés de luxe.

Gregory Bodell, l'un des avocats de la défense, a pour sa part fait valoir que le chanteur n'avait pas respecté son engagement datant de 1988 de réaliser un nouvel album afin de relancer sa carrière, affirmant aussi que le chanteur avait touché des millions de dollars lors de sa collaboration avec MM. Goldstein et Stone.

Lancé en 1966, Sly and the Family Stone a connu un succès mondial avec des tubes qui sont entrés dans les annales de la soul et du funk comme Dance to the music, I want to take you higher ou Family affair.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer