• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Le producteur et jazzophile Alain De Grosbois n'est plus 

Le producteur et jazzophile Alain De Grosbois n'est plus

Alain De Grosbois en 2006.... (Photo fournie par la famille)

Agrandir

Alain De Grosbois en 2006.

Photo fournie par la famille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

L'ancien réalisateur des émissions de jazz de Radio-Canada et CBC, Alain De Grosbois, est décédé mardi à la suite d'une longue maladie; il avait 67 ans.

Homme de grande discrétion, Alain De Grosbois n'en a pas moins joué un rôle de premier plan dans l'industrie québécoise et canadienne de la musique. Et dans l'évolution de certains festivals de jazz dont celui de Montréal.

«Alain De Grosbois a été un acteur central  dans les débuts du Festival», nous disait mardi André Ménard, co-fondateur et directeur artistique du FIJM, qui nous a  appris la nouvelle du décès de celui sans qui le grand festival n'existerait peut-être pas. Comme producteur délégué des enregistrements live, en concert et en studio, de Radio-Canada et plus tard de CBC, Alain De Grosbois a eu un impact direct sur la renommée - et les revenus - des jazzmen canadiens. Et, partant, des festivals qui les présentaient.

«Sans lui, le Festival n'aurait pas pu décoller, explique Ménard. Pour le premier, en 1980, nous n'avions aucune subvention et sans les revenus des enregistrements des concerts de Vic Vogel et de Ramsey Lewis, rien ne serait arrivé...»

Au-delà de son rôle de producteur, Alain De Grosbois a aussi aidé le FIJM en tant que conseiller à la programmation et à la technique. «C'est Alain qui nous avait conseillé de programmer Oliver Jones et Charlie Biddle en 1981», se souvient encore André Ménard, pour qui Alain De Grosbois restera «un très grand connaisseur de jazz».

Au fil des ans, il a été associé à des émissions telles Jazz en liberté, pour laquelle il enregistre ses premiers concerts en 1972 --, Jazz soliloque et Jazz Beat qu'il a lancée avec l'animatrice Katie Malloch en 1983.

Évoquant le travail d'Alain De Grosbois auprès d'artistes comme Robert Charlebois, Harmonium et Offenbach dans les années 70, Marthe Sansregret écrit dans sa biographie Oliver Jones - Le musicien et l'homme: «Grâce à l'importante contribution d'Alain de Grosbois, l'atmosphère musicale du Québec se transforme.»   

Joint mardi en Floride, Oliver Jones a dit avoir toujours eu beaucoup de respect pour le travail d'Alain De Grosbois: «Alain était un excellent producteur de jazz», nous a dit le pianiste qui a commencé sa longue collaboration avec le défunt à son deuxième disque, Oliver Jones & Charlie Biddle, diffusé à l'émission Jazz Soliloque de Gilles Archambault en juin 1983 (ce disque contient la pièce De Grosbois Blues que le pianiste avait composée pour son ami). Quatre jours plus tard, le duo se produisait en ouverture du 4e FIJM avec la chanteuse Sarah Vaughan.  

Alain De Grosbois a aussi été à l'origine du projet Offenbach en fusion qui a réuni le quintette rock et le big band de Vic Vogel les 30 et 31 mars 1979 au Théâtre Saint-Denis. Le disque, tiré de l'enregistrement live de la Radio FM de Radio-Canada, a donné au groupe son premier disque d'or.

Soulignons finalement qu'Alain De Grosbois était le père de notre collègue de la section Sports de La Presse, Olivier De Grosbois, à qui nous offrons nos sincères condoléances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer