Igloofest: Âme d'artistes, Âme de DJ

Kristian Beyer et son collègue Frank Wiedemann (de... (Photo: fournie par les artistes)

Agrandir

Kristian Beyer et son collègue Frank Wiedemann (de dos) forment le duo allemand Âme.

Photo: fournie par les artistes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Connus sous la bannière Âme, les DJ/réalisateurs allemands Kristian Beyer et Frank Wiedemann ont fait très bonne impression lors du dernier MUTEK. À tel point que la direction artistique de l'Igloofest a invité le tandem à se produire demain sur la grande scène de l'événement qui démarre ce soir et qui se déploie sur quatre week-ends consécutifs.

Invitation parfaitement justifiée: Âme offre une musique riche, innovatrice et d'autant plus vivifiante. Ses protagonistes puisent dans la house et la techno, les musiques africaines de l'Ouest, afro-antillaises et afro-américaines, le jazz moderne et plus encore!

La Presse: Rares sont les DJ qui s'inspirent des musiques dites sérieuses comme le jazz. Expliquez-nous!

Kristian Beyer: Nous sommes influencés par la plupart des musiques dans lesquelles nous sommes immergés. Pour ma part, j'ai un faible pour Jon Hassell et Brian Eno. Côté jazz, l'approche européenne l'emporte sur l'américaine, particulièrement celle de l'étiquette ECM.

Au-delà du jazz contemporain, vos sources sonores débordent largement le cadre électro conventionnel, pouvez-vous en faire une brève description?

À la maison, nous écoutons de la musique ancienne, du baroque, de la musique chorale ou de la musique classique indienne. Nous disposons aussi d'une grande collection de drone music, nos disques contiennent également de la très vieille musique électronique comme celle de Raymond Scott. Et il y a toujours une vibration caribéenne dans notre environnement, notamment le steel drum trinidadien que nous adorons.

Comment des DJ/réalisateurs intéressés par la complexité rythmique peuvent-ils survivre à la piste de danse?

La musique de danse est l'enjeu principal de notre travail devant public. Bien sûr, nous aimons les polyrythmes, mais ça ne marche pas sur la piste de danse. Nous avons déjà essayé de faire jouer une musique ternaire et tout le monde autour de nous était mélangé, y compris nos collègues DJ. Toutefois, lorsque notre musique n'est pas destinée à la danse, nous nous ouvrons à des propositions rythmiques plus sophistiquées, à des musiques plus abstraites et plus exigeantes, à plus de complexité. Et les tambours plus conventionnels nous ramènent toujours vers la piste de danse.

Dans votre approche générale, comment intégrez-vous le lourd et le léger?

Très souvent, nos découvertes constituent le point de départ de nos productions. Or, lorsque nous travaillons en studio, ce processus est très naturel, c'est-à-dire que nous ne réfléchissons pas à la nature des styles musicaux et influences culturelles. La house est une base qui permet d'aller n'importe où, tout en reflétant ce que vous ressentez musicalement, ce que vous êtes au moment présent.

Vous arrive-t-il parfois de jouer avec des instrumentistes?

Mon collègue Frank a aussi un groupe nommé The Howling, dont tous les membres jouent des instruments en concert. Personnellement, je préfère me limiter au rôle de DJ/réalisateur; il est donc peu probable que je me trouve sur scène avec des instrumentistes.

Quelle est la place de l'improvisation dans votre musique?

Si tu es un bon DJ, chaque concert est une occasion d'improviser; tu dois t'adapter à chaque situation dans laquelle tu te trouves.

En tant que musiciens allemands, vous pouvez compter sur une longue et importante lignée de musique électronique. Où vous situez-vous dans cette tradition germanique qui remonte aux années 60 et 70?

Bien sûr, tout un chacun peut citer Kraftwerk parmi ses influences marquantes, mais... au-delà de la musique électronique, les groupes krautrock tels que Neu! , Cluster ou Harmonia représentent pour nous un patrimoine important.

Pouvez-vous nommer d'autres DJ/réalisateurs de musique électronique dont le travail pourrait être comparé au vôtre?

Personnellement, j'aime bien Mano le Tough et Baikal. Mais au fond, nous ne faisons pas ces distinctions; nous, DJ/réalisateurs, faisons tous partie de la grande famille de la musique électronique.

________________________________________________________________________________

Dans le cadre de l'Igloofest 2014, qui démarre ce soir, le duo allemand Âme se produit demain sur la scène principale (Sapporo), de 20h30 à 22h30. Pour info sur la programmation: igloofest.ca.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer