• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Juno: Carly Rae Jepsen et Leonard Cohen s'illustrent 

Juno: Carly Rae Jepsen et Leonard Cohen s'illustrent

«C'est fou comme une chanson peut changer ta... (Photo: Reuters)

Agrandir

«C'est fou comme une chanson peut changer ta vie», a déclaré Carly Rae Jepsen en allant recueillir le trophée du single de l'année pour Call Me Maybe.

Photo: Reuters

Partager

Si la chanteuse pop Carly Rae Jepsen a été la reine du gala des Juno, l'ambassadeur montréalais Leonard Cohen a été sacré artiste et auteur-compositeur de l'année lors des deux remises de prix qui avaient lieu ce week-end.

Adam Cohen, qui présentait par hasard - ou presque - l'un des deux prix, a parlé au nom de son père, absent du gala. «Je me sens utilisé», a dit Adam Cohen à la blague, avant de souligner que son paternel dit souvent que «le Canada est le coeur battant de sa carrière».

Seulement sept prix étaient remis lors du gala télévisé animé par le crooner Michael Bublé, dimanche. Avec un tapis rouge et une introduction préenregistrée où figuraient des vedettes américaines, dont Dr Phil et Kelly Ripa, les organisateurs des Juno ont voulu donner du glamour à l'événement qui se tenait à Regina - «une ville de party», selon Michael Bublé.

Lors du gala hors d'ondes animé par Jian Gomeshi, samedi, Louis-Jean Cormier a remporté le prix du meilleur album francophone pour Le treizième étage. «On fête ça à Petite-Vallée!», a-t-il écrit sur Twitter.

Heureusement que la grande gagnante du week-end, Carly Rae Jepsen, était à Regina pour les festivités entourant le gala des Juno. «C'est fou comme une chanson peut changer ta vie», a déclaré Carly Rae Jepsen en allant recueillir le trophée du single de l'année pour Call Me Maybe, tube qui lui a permis de devenir une star internationale. La chanteuse de la Colombie-Britannique a également remporté les prix du meilleur album et du disque pop de l'année.

Josh Ramsay, qui a coécrit Call Me Maybe, est le chanteur du groupe Marianas Trench, sacré groupe de l'année devant Metric (qui s'est contenté du trophée du meilleur album alternatif).

Aussi de Montréal, Lorraine Klaasen s'est illustrée dans la catégorie du meilleur album de musique du monde, alors que The Barr Brothers a vu l'album du meilleur album alternatif adulte (catégorie au nom discutable) aller à Serena Ryder. Quant à Grimes, qui ne vit plus vraiment dans le 514, elle a remporté le prix du meilleur album de musique électronique.

The Weeknd a été nommé révélation de l'année (devant Elisapie et Grimes) en plus de recevoir le prix de l'enregistrement R&B/soul de l'année. Monster Truck s'est aussi illustré dans la catégorie révélation (groupe). Enfin, Justin Bieber a remporté le trophée du choix du public, mais il brillait par son absence.

Bublé, comique et à l'aise

À l'animation, Michael Bublé était comme en spectacle: à l'aise, comique, capable d'autodérision et un peu trop racoleur. Les scripteurs et organisateurs du gala devraient toutefois se débarrasser de la fâcheuse habitude d'avoir à justifier la qualité de la musique canadienne. D'Arcade Fire à Céline Dion en passant par Metric, The Sheepdogs et Drake, plus rien n'est à prouver, ici comme à l'étranger.

On peut néanmoins exprimer sa fierté nationale, comme l'a brillamment fait dans son discours k.d. lang, intronisée au Panthéon de la musique canadienne. «Il y a juste au Canada où une freak comme k.d. lang peut être honorée», a déclaré la chanteuse homosexuelle, qui a fait un vibrant plaidoyer pour «revendiquer qui on est».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer