• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > The Barr Brothers: une histoire qui ne s'invente pas 

The Barr Brothers: une histoire qui ne s'invente pas

Le disque des Barr Brothers, mixé dans plusieurs... (Photo fournie par Bonsound)

Agrandir

Le disque des Barr Brothers, mixé dans plusieurs studios, dont Breakglass et hotel2tango, est prêt depuis un an, mais il vient tout juste de sortir sur l'étiquette Secret City Records.

Photo fournie par Bonsound

Les frères Brad et Andrew Barr sont originaires du Rhode Island. Avec la harpiste Sarah Pagé et le multi-instrumentiste Andrés Vial, les Montréalais d'adoption forment le groupe The Barr Brothers. Histoire - qui ne s'invente pas - d'un groupe formé grâce à un incendie et qui a enregistré son album dans une ancienne chaufferie.

Nés dans le Rhode Island, Brad et Andrew Barr ont vécu à Boston jusqu'en 2007, avant qu'une succession d'événements des plus fortuits les mènent à Montréal. À l'époque, les deux frères faisaient partie d'un groupe nommé The Slip, qui a sorti au moins six albums. «C'était un trio de jazz expérimental, rock et country... un groupe rock sans limites!», précise Andrew Barr.

En 2003, The Slip s'est arrêté à Montréal en tournée au défunt Swimming. «C'était notre dernière chanson. Nous avons senti de la fumée... Il y avait un incendie, raconte le chanteur et guitariste. Tout le monde devait évacuer, et devant les flammes, mon frère Andrew a rencontré Meghan, la barmaid.»

Disons que cela a cliqué entre Andrew et Meghan, à un point tel que cette dernière était au spectacle que The Slip a donné un an plus tard au Cabaret. «Puis nous sommes déménagés à Montréal.»

Encore une fois, le hasard a bien fait les choses. «Mon premier appartement était au coin de l'avenue De Lorimier et de la rue Sherbrooke. Ma voisine était la harpiste Sarah Pagé et le guitariste de Patrick Watson, indique Brad Barr. Un jour, j'étais couché dans mon lit et j'entendais Sarah jouer de la harpe. J'ai attrapé ma guitare, j'ai rejoué la même chanson et j'ai cogné à sa porte...»

Les nouveaux amis ont commencé à faire des spectacles, accueillant parmi eux le multi-instrumentiste Andrés Vial. Puis en 2007, les frères Barr ont trouvé un local situé au pied du mont Royal, dont la porte du fond donnait sur une ancienne chaufferie. «C'est devenu notre studio. C'était super d'avoir notre place... le fait que nous n'essayions pas de faire un album, mais juste de jouer de la musique.»

Les membres des Barr Brothers ont pris leur temps, si bien que leur musique n'est devenue un projet d'album qu'au printemps 2010, quand The Low Anthem a offert au quatuor d'assurer sa première partie.

Une attente payante

Le disque, mixé dans plusieurs studios, dont Breakglass et hotel2tango, est prêt depuis un an, mais il vient tout juste de sortir avec Secret City Records.

Tout vient à point à qui sait attendre. L'adage vaut pour The Barr Brothers qui accouchent après une longue gestation d'un disque d'une grande qualité, qui repousse les frontières du folk dans toutes les directions. Give the Devil Back His Heart est d'inspiration africaine, Let There Be Horses est une ballade aux claviers groovy alors que Lord I Just Can't Keep From Cryin' est un voyage immédiat dans le sud blues des États-Unis.

Il y a également Ooh, Belle qui rappelle Elliott Smith, Elizabeth Powell qui prête sa voix à The Devil's Harp, et Cloud (dédiée à Lhasa de Sela), enregistrée avec les portes ouvertes «pour que l'air de la rue entre dans le studio».

«Il y a des chansons inspirées de ma transition à Montréal», ajoute Brad Barr, qui adore la famille d'artistes et d'amis de sa ville d'adoption. «Il y avait une communauté à Boston, mais ce n'était pas comme à Montréal où tu entres dans un café et que tu connais tout le monde.»

Brad Barr souligne à quel point la harpe de Sarah Pagé ajoute à la musique de The Barr Brothers. «Ça élève notre sensibilité. Il y a une grâce, surtout quand on la voit jouer.»

The Barr Brothers, qui se sont produits au dernier Festival South by Southwest, ne manque pas d'expérience de scène. Le groupe sera en spectacle à La Tulipe le 18 octobre, mais aussi un peu partout au Québec (avec Timber Timbre) et aux États-Unis.

Et pour la petite histoire, la Meghan qui était barmaid au Swimming en 2003 travaille aujourd'hui chez Opak Media, la boîte de gérance des Barr Brothers, mais aussi de Miracle Fortress et Patrick Watson.

Comme quoi on ne sait jamais où un incendie va nous mener.

The Barr Brothers seront en spectacle le 18 octobre à La Tulipe.

THE BARR BROTHERS

THE BARR BROTHERS

SECRET CITY RECORDS




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer