• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • Céline autour du monde : une Céline qu'on voit rarement 

Céline autour du monde : une Céline qu'on voit rarement

Au fil des mois et des continents, le... (Photo: Gérard Schachmes, fournie par Sony Pictures)

Agrandir

Au fil des mois et des continents, le réalisateur du documentaire Céline autour du monde, Stéphane Laporte, nous amène dans les coulisses de la tournée mondiale de Céline Dion.

Photo: Gérard Schachmes, fournie par Sony Pictures

À première vue, Céline autour du monde est un documentaire axé sur la chronologie de la tournée mondiale de la chanteuse, de Johannesburg, Afrique du Sud, en février 2008, à Omaha, Nebraska, un an plus tard. Pourtant, si les cartes postales en forme de clins d'oeil abondent, ce film, qui prendra l'affiche le 17 février, est beaucoup plus ambitieux. Au fil des mois et des continents, le réalisateur Stéphane Laporte nous amène dans les coulisses du spectacle où toute l'importance est donnée à Céline Dion, l'artiste et la femme, sa famille, son équipe et son rapport très particulier avec ses fans.

«Même pour ceux qui me connaissent bien, c'est comme un laissez-passer V.I.P., dit la chanteuse. On les emmène dans ma loge, dans ma chambre d'hôtel, dans l'avion, à l'hôpital, ils vivent pratiquement 24 heures sur 24 avec moi. J'y vois des choses que je n'ai jamais vues et pourtant, je l'ai, le laissez-passer! Je me vois transformée en tant qu'artiste, je deviens une bête de scène, je ne me reconnais plus. Ça m'a donné un choc incroyable!»

«J'ai voulu lier la vie de l'artiste et sa performance sur scène, explique Stéphane Laporte. Quand elle chante All By Myself et qu'elle pousse sa fameuse note, elle est la seule à savoir si elle est capable ou pas de le faire. Le film commence comme une tournée mondiale, un tour du monde avec sa famille, mais ça devient le combat de Céline pour aller jusqu'à la fin. En Australie (en mars), sa voix commence à flancher et aux États-Unis (à l'automne), elle doit reporter des spectacles.»

Ces moments d'incertitude comptent parmi les plus intenses du film: la décision de reporter des spectacles, le retour à Montréal pour une visite chez l'ORL où l'on voit, sur le moniteur, le dommage infligé aux cordes vocales de la chanteuse, et le retour au spectacle quand, au moment de monter sur scène, elle confie à son directeur de tournée qu'elle ne s'en sent pas capable. «C'est fait», lui dit sa masseuse après le spectacle pour l'encourager. «Oui, mais à quel prix?» répond la chanteuse tourmentée.

Voyage

L'autre temps fort de Céline autour du monde est intimement lié au voyage. Les témoignages d'une admiratrice marocaine de confession musulmane, de jeunes Israéliennes, d'un fan iranien et d'une Sicilienne particulièrement exubérante avec laquelle Céline se lance dans un duo. Mais aussi le retour émouvant d'une danseuse dans sa Corée natale qu'elle a quittée enfant, conjugué à celui de Lucas, le fils adoptif coréen de la choriste Élyse Duguay et du directeur de tournée Denis Savage.

«Je ne voulais pas seulement survoler ces pays-là, explique Laporte. La meilleure façon de les connaître est par le biais des gens qui y habitent.» Le réalisateur voulait aussi montrer l'adulation que suscite Céline Dion un peu partout. Quand Nicolas Sarkozy la fait Chevalier de la Légion d'honneur en la remerciant de porter la langue française partout dans le monde, Laporte nous montre des publics d'une dizaine de pays non francophones chanter avec elle Pour que tu m'aimes encore.

«Ce que j'aime du film, ajoute Laporte, c'est qu'il propose un portait assez complet de ce qu'est Céline: l'icône, la mère, la fille drôle qui fait rire sa gang, la boss qui donne ses directives à ses gardes du corps, le cerveau qui fait une répétition accélérée de son spectacle pour sa chorégraphe avant son premier soir sur la scène centrale à Manchester.»

C'est René Angélil qui, en apprenant que Sony Pictures allait sortir This Is It de Michael Jackson, a eu l'idée de faire un film d'un peu moins de deux heures à partir du documentaire de trois heures destiné au DVD. Il a obtenu rapidement un rendez-vous avec le président de Sony Pictures. «Il a dit que c'était le meilleur documentaire sur un artiste en tournée», ajoute Angélil.

Céline à travers le monde sera présenté en première mondiale à Miami le 16 février et sera diffusé dès le lendemain pour deux semaines dans les salles de cinéma d'Amérique du Nord, d'Australie, du Japon, d'Angleterre et d'Afrique du Sud. Le film sortira en mai dans d'autres pays où s'est arrêtée la tournée Taking Chances.

Quant au DVD de trois heures, auquel sera jumelé le spectacle complet, filmé à Montréal pour le public francophone et à Boston pour le reste de la planète, sa date de sortie n'est pas encore arrêtée.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer