Lacombe-National Youth: prodigieux

Claude Gingras

Le National Youth Orchestra of Canada (ou Orchestre National des Jeunes du Canada), dont Jacques Lacombe est le chef invité pour une troisième année, poursuit actuellement sa tournée annuelle avec un contingent de 95 garçons et filles représentant presque toutes les provinces. On en compte 12 du Québec.

La tournée comprend 10 concerts dans autant de villes, dont New York, et deux programmes différents. Montréal entendait lundi soir à la basilique Notre-Dame le programme partagé entre ces deux sommets du répertoire symphonique que sont la célébrissime cinquième Symphonie de Beethoven et le poème symphonique Ein Heldenleben de Richard Strauss.

Dirigeant le programme entier de mémoire, et sans laisser tomber le veston blanc malgré la chaleur qu'il faisait au milieu des lampions, Lacombe montra à défendre ces deux partitions autant d'imagination, de justesse et de musicalité que de discipline face à lui-même et d'autorité devant son jeune orchestre.

L'exécution fut, en effet, d'un niveau très élevé et pour ainsi dire professionnel. Réussir à dire quelque chose de neuf avec la Cinquième de Beethoven tient presque du prodige. Lacombe parvint à renouveler notre écoute grâce à des tempi toujours allants et un discours toujours clair et bien accentué.

Ce Beethoven permit aussi d'apprécier la qualité des effectifs de cette année. Toutes les sections sont remarquables, avec des cordes à l'exceptionnelle unité de son. L'après-entracte trouva l'orchestre très augmenté pour le Heldenleben, cette «Vie de héros» qui requiert jusquà huit cors, cinq trompettes, trois trombones et une vaste percussion.

Voilà la musique que Lacombe semble préférer par-dessus tout. Il nage dans cette opulence sonore avec un bonheur évident et entraîne avec lui tout l'orchestre dans une très vive «description par le son» des différents tableaux imaginés par Strauss. Cris des anches pour les adversaires du Héros, violon-solo décrivant sa compagne, trompettes fulgurantes annonçant ses combats, etc. Tout est là, pendant 42 minutes non-stop, dans une étonnante multiplicité de couleurs, jusqu'au grand apaisement final. Mince réserve, on aurait simplement souhaité que Lacombe apprenne à son jeune violon-solo à jouer plus juste...

L'auditoire de quelque 1000 personnes ovationna longuement. Lacombe ajouta un spectaculaire Wagner, la Chevauchée des Valkyries, puis demanda aux jeunes musiciens de terminer le concert en chantant.

_______________________________________________________

NATIONAL YOUTH ORCHESTRA OF CANADA/ORCHESTRE NATIONAL DES JEUNES DU CANADA. Chef invité : Jacques Lacombe. Lundi soir, basilique Notre-Dame. (Reprise ce soir, 20 h, Palais Montcalm de Québec.)

Programme :

Symphonie no 5, en do mineur, op. 67 (1805-07) ? Beethoven

Ein Heldenleben, op. 40 (1898) ? Strauss

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer