Cindy Daniel: comme au premier jour

Cindy Daniel a tout juste 22 ans. Et pourtant déjà six ans de métier dans le corps, quelques très solides succès radio (dont Sous une pluie d'étoiles, qui a tenu la tête des palmarès pendant des semaines l'an dernier) ainsi qu'un troisième album, lancé mardi prochain. Un album que la jeune chanteuse a baptisé Le tout premier jour, parce qu'il marque pour elle un renouveau.

Pour bien des artistes, le renouveau, ce serait une nouvelle équipe, un nouveau «son» Pour Cindy Daniel pourtant, pas de nouvelle équipe puisque Mario Pelchat est toujours son producteur et conseiller artistique. Et la facture sonore de son album est dans la lignée de ceux qui l'ont précédé. Alors, le renouveau, ce fameux «tout premier jour»?

«C'est quand mon fils est né, répond la longue jeune femme au beau sourire. Ma vie a pris un autre sens à sa naissance. En fait, ma vie a pris un sens, tout court. Je lui ai dédié l'album. Et la dernière chanson du disque, je l'ai faite pour lui. Mais quand je lui dis cela, il sourit et il me demande de changer sa couche!» Car Matis est âgé de 21 mois. Il y a deux ans, quand sa maman était enceinte de lui, bien du monde avait trouvé Cindy Daniel plutôt folle d'avoir un enfant, alors qu'elle était en début de carrière.

Elle n'était pas folle. Elle a toujours ce très beau timbre de voix, cette grâce étrange dans les gestes et quelque chose d'ombrageux quand elle répond aux questions. Mais il y a désormais un brin de confiance et ce qu'il faut bien appeler de l'épanouissement chez cette fille qu'on ne surnommera plus La petite Indienne, du nom de son premier disque (2002).

Assez de confiance en tout cas pour exprimer plus clairement ce qu'elle voulait pour ce troisième album et accepter aussi les conseils de son mentor, Mario Pelchat (qui n'est pas le père de son fils, précisons-le: le papa de Matis s'appelle Carl et il était aux côtés de sa Cindy, en entrevue). «Par exemple, sur mon deuxième album (J'avoue, en 2006), la pochette était super épurée, explique-t-elle. C'était bien. Mais cette fois, le mot d'ordre que j'ai donné, c'était: je veux que mon disque ait plus de caractère et qu'il y ait du bonheur dessus. Pour la première fois, dans le livret, j'ai des sourires Et je voulais des chansons qui parlent de ce que je suis aujourd'hui.»

Duo avec Marc Dupré

Ce qu'elle est aujourd'hui, c'est notamment une jeune femme nettement plus sensuelle, et sa chanson Oser la nuit en témoigne joliment - «On se laisse aller plus, après un premier enfant, tu ne trouves pas?»

C'est aussi une grande soeur, et elle a donc enregistré un trio avec ses jeunes soeurs Maude et Andréa, Nos promesses, vraiment agréable. Elle a également enregistré un duo avec Marc Dupré (Et j'espère), qui respire le plaisir. «Marc est un ami de Jean-François Breau (copain lui-même de Pelchat, depuis que Breau, Pelchat et Cindy Daniel se sont rencontrés dans la comédie musicale Don Juan en 2004), et c'est par Jean-François qu'on l'a rencontré. La première chanson qu'il m'a proposée était plus sentimentale, et on en avait déjà quelques-unes pour l'album. C'est alors qu'il m'a proposé la musique d'Oser la nuit. Et puis ensuite, qu'il a écrit Et j'espère avec Jean-François, et qu'on l'a enregistrée en duo. Je suis bien contente: j'ai enfin ma «toune de char» dans mon répertoire!»

Elle a aussi une chanson de Roger Tabra. Intitulée Le pont (sur une musique de Sylvain Michel), c'est un morceau qui révèle une autre facette de Cindy Daniel: l'interprète tout à fait capable d'aborder la chanson à texte de facture plus classique, plus littéraire.

Après l'expérience de scène acquise avec Don Juan, puis dans la revue musicale Summertime l'été dernier, sans oublier les centaines de «premières parties» de Mario Pelchat lors de sa dernière tournée, Cindy Daniel est manifestement prête à remonter sur scène. Surtout qu'elle a pleinement conscience de l'importance de la scène dans un milieu en plein bouleversement: «J'ai 22 ans et je sais que Le tout premier jour est mon dernier CD à vie, je veux dire par là que c'est mon dernier disque «tangible», avec une pochette, qu'on peut tenir dans ses mains La prochaine fois que je vais enregistrer des chansons, elles seront disponibles autrement, mais comment? C'est épeurant mais je suis prête.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer