• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Netflix répond aux critiques sur ses investissements au Canada 

Netflix répond aux critiques sur ses investissements au Canada

Netflix dit vouloir «remettre les pendules à l'heure»... (Photo archives, Reuters)

Agrandir

Netflix dit vouloir «remettre les pendules à l'heure» au sujet de ses investissements au Canada, affirmant que ceux-ci ont suscité «beaucoup d'enthousiasme, des questions et même des théories du complot».

Photo archives, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Netflix dit vouloir «remettre les pendules à l'heure» au sujet de ses investissements au Canada, affirmant que ceux-ci ont suscité «beaucoup d'enthousiasme, des questions et même des théories du complot».

Le géant de la diffusion en ligne a obtenu son lot de critiques après l'annonce, par la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, voulant que l'entreprise n'allait toujours pas être taxée au Canada. Netflix refuse également de se soumettre à quelque quota que ce soit pour sa production télévisuelle. L'entreprise s'est engagée à verser au moins 500 millions $ sur cinq ans pour financer des productions canadiennes, mais ni le gouvernement ni l'entreprise n'avaient pu confirmer qu'une partie de cet argent serait consacré à la production de contenu francophone.

Lors de la récente présentation de la vision du gouvernement «pour un Canada créatif», la ministre Joly avait seulement souligné que le plan prévoyait l'injection d'une somme de 25 millions $, aussi sur cinq ans, pour le déploiement d'une «stratégie» visant à permettre au géant du divertissement d'«apprendre à connaître davantage le secteur» culturel francophone.

Dans un communiqué publié sur son site mardi, Netflix Canada confirme que la somme sera utilisée pour différentes activités visant à s'assurer que l'entreprise rejoindra «des communautés de production canadiennes», incluant la communauté francophone au Québec. Le service de diffusion en ligne ne donne toutefois pas davantage de précisions quant à la somme qui pourrait être investie spécifiquement pour des productions québécoises.

Netflix Canada a par ailleurs voulu répondre aux critiques sur l'aspect fiscal de ses activités au Canada, assurant n'avoir conclu aucune entente au sujet des taxes. L'entreprise indique ainsi qu'en vertu des lois canadiennes, les services en ligne étrangers ne sont pas tenus de percevoir ni de verser la taxe de vente.

L'entreprise se défend par ailleurs d'avoir obtenu un traitement de faveur, puisqu'«aucun service de média en ligne - étranger ou domestique - n'est assujetti à la réglementation traditionnelle, comme des quotas ou des taxes sur le contenu, imposée aux médias radiotélévisés».




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer