La renaissance des balados

Samedi il y a deux semaines, l'équipe de... (Photo Sarah Scott, fournie par le Festival Transistor)

Agrandir

Samedi il y a deux semaines, l'équipe de La soirée est (encore) jeune a enregistré son émission de radio à Gatineau. Jean-Philippe Wauthier et ses comparses étaient les invités du festival Transistor, un événement consacré à la radio numérique et à la baladodiffusion.

Photo Sarah Scott, fournie par le Festival Transistor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis le succès phénoménal de Serial, les balados (podcasts) connaissent un regain de popularité. Humour, sport, actualité, fiction... Les projets se multiplient, les auditeurs aussi. Assiste-t-on à un nouvel âge d'or de la création radio?

Samedi il y a deux semaines, Jean-Philippe Wauthier et ses comparses animaient La soirée est (encore) jeune devant un public en délire, à Gatineau. La populaire émission était l'invitée du festival Transistor, un événement consacré à la radio numérique et à la baladodiffusion. Au programme de cette première édition: tables rondes, entrevues et, surtout, enregistrements en direct de plusieurs balados québécoises - Ça ou ça, 3 bières, Les dérangeants... - devant un public enthousiaste.

Pour ceux qui n'auraient aucune espèce d'idée de ce qu'est une balado, disons que c'est une création radio, audio (ou vidéo) plus «nichée» qu'une émission de radio traditionnelle et qui peut prendre plusieurs formes: fiction, émission d'affaires publiques, entrevue, documentaire...

Ce format a tout pour plaire. On peut l'écouter quand on veut et où on veut, il suffit de télécharger un fichier sur son ordinateur, son téléphone ou son iPod.

Mais il y a plus que la flexibilité pour expliquer le succès grandissant de la balado: c'est que le format est aussi synonyme de créativité et de liberté.

«La balado fait éclater le conservatisme de la radio», observe Julien Morissette, créateur du festival Transistor avec Steven Boivin, et réalisateur de trois balados dont la très originale Labrosse-Wellington. «C'est aussi une façon d'aller rejoindre un auditoire plus jeune, estime celui qui rêve de faire de Gatineau la capitale de la radio numérique au pays. J'y vois un retour aux sources. On veut redonner ses lettres de noblesse à l'audio, au son.»

«Il y a un petit côté expérimentation à la balado», note pour sa part Marie-Claude Beaucage, réalisatrice au développement et à la conception à ICI Radio-Canada Première. La jeune femme, qui a collaboré à la création de plusieurs émissions de la Première Chaîne comme Plus on est de fous, plus on lit ! et La soirée est (encore) jeune, est à l'affût des nouvelles tendances en radio. L'été dernier, elle réalisait Vos vedettes sur le gril, une balado enregistrée dans le parc Molson et animée par Jean-Sébastien Girard et Fred Savard.

«Avec la balado, on ne s'inscrit plus dans une grille horaire, on n'est pas contraint à une durée fixe. Il y a une liberté dans le ton, dans le montage, qu'on ne retrouve pas à la radio conventionnelle.» 

L'effet Serial

Le tournant dans la jeune histoire des balados : le succès phénoménal de Serial, un feuilleton de journalisme d'enquête réalisé par l'équipe de la très populaire émission This American Life (NPR) et dont les deux saisons ont été téléchargées au total 250 millions de fois (!) depuis 2014. La suite, S-Town, lancée il y a quelques semaines, a été téléchargée 10 millions de fois au cours de la première semaine seulement.

Depuis, ICI Radio-Canada Première a lancé sa plateforme Première Plus (voir plus bas) et partout, les projets de balados se multiplient. Tout le monde veut avoir la sienne: du Washington Post au journal Les Affaires, des anciens collaborateurs de Barack Obama à Marie-France Bazzo, en passant par les organismes culturels, les sites de santé, les radios communautaires, les compagnies de théâtre, etc. Ils ont tous expérimenté ce format.

Autre preuve de cet engouement généralisé: The Daily, la balado quotidienne du New York Times, lancée l'hiver dernier et qui fait le point sur l'actualité en 20 minutes, a été téléchargée ou regardée en continu au total 20 millions de fois en moins de trois mois. Le quotidien a annoncé cette semaine qu'il allait se lancer lui aussi dans la production de balados à grand déploiement dans le style Serial...

Au Canada, Jesse Brown est un pionnier de la baladodiffusion et son podcast Canadaland est un des plus populaires au pays. Le scoop sur l'affaire Jian Ghomeshi, c'est lui (ironiquement, l'ancien animateur-vedette de la CBC fait un retour à la vie publique ces jours-ci avec sa propre balado, The Ideation Project).

Brown constate lui aussi un regain d'intérêt pour cette forme radiophonique. «Les jeunes écoutaient déjà des émissions comme This American Life ou Radiolab, dit-il. Serial a rendu ça mainstream, et maintenant, ce sont les parents qui découvrent les balados et qui demandent: "Où peut-on écouter ça?"»

Un Serial québécois?

Et au Québec? Disons qu'ici, la popularité des balados est plus modeste, même si tout le monde reconnaît que «l'effet Serial» s'est fait ressentir. «Il se passe quelque chose sur le web, confirme Michel Grenier, gérant de l'humoriste Mike Ward et coproducteur de la balado vidéo Mike Ward sous écoute, une pionnière dans le genre. Créée en 2009 par l'humoriste, un vrai geek, enregistrée devant le public du bar Le Bordel depuis un an et demi, c'est la balado la plus populaire au Québec avec une moyenne de 50 à 75 000 téléchargements par semaine et des pics pouvant grimper jusqu'à 175 000. «À mon avis, ça risque de tuer la radio et la télé, croit Grenier. C'est devenu l'endroit où tu peux parler sans filtre et en toute liberté.»

Pour l'instant, les balados québécoises les plus populaires sont humoristiques ou sportives. On attend encore LE Serial québécois, LE projet qui fera en sorte que ça décolle vraiment. Il pourrait venir de Magnéto, une boîte de création fondée par une bande de jeunes passionnés de la création audio qui figurent sur la liste des «50 Québécois qui créent l'extraordinaire» du magazine Urbania (qui, soit dit en passant, vient de lancer une série de balados en collaboration avec Radio-Canada). Fondée en août dernier, Magnéto est une boîte de création, de production, et souhaite aussi devenir une plateforme de diffusion.

Jesse Brown, animateur du podcast Canadaland... (Photo Archives La presse canadienne ) - image 2.0

Agrandir

Jesse Brown, animateur du podcast Canadaland

Photo Archives La presse canadienne 

Quel modèle d'affaires?

Reste à répondre maintenant à la question qui tue: comment financer les projets de balados? À l'heure actuelle, il n'existe pas un mais plusieurs modèles d'affaires.

Aux États-Unis, Gimlet Media, qui produit les balados parmi les plus populaires de l'heure, finance ses projets par la publicité.

«Aux États-Unis, le tarif pour les balados se situe entre 18 $ et 25 $ les 1000 auditeurs, selon si la publicité est présentée en début ou en milieu d'émission, explique Michel Grenier, coproducteur de la balado Mike Ward sous écoute. Nous, on peut compter sur 10 à 15 commanditaires. Quand ils annoncent chez nous, ils voient l'effet direct de leur placement, car on s'adresse à un public 100 % intéressé par l'humour.»

Avec ses 35 000 téléchargements par semaine, Jesse Brown dit que la publicité représente le tiers de son financement. «Les annonceurs canadiens commencent à se réveiller», observe-t-il. Le reste de la balado est financé par les auditeurs eux-mêmes par le truchement d'une plateforme de sociofinancement. 

«Mon auditoire est majoritairement canadien, concentré en Ontario. Ils donnent de l'argent, car ils veulent que notre critique des médias soit écoutée par le plus grand nombre.»

Cette formule n'est toutefois pas à la portée de tous à cause de la petite taille du marché québécois, estime Marie-Laurence Rancourt, cofondatrice de Magnéto.

La jeune femme et ses collègues - qui se financent avec leur volet production et les bourses offertes grâce à leur statut d'OSBL - viennent de décrocher une bourse de 90 000 $ du Conseil des arts pour poursuivre leur projet Grand Nord, une création multimédia qui allie création audio, poésie, performance, exploration du territoire, etc.

Contrairement à la télé, la radio ne bénéficie d'aucune subvention gouvernementale qui lui est destinée, une réalité qui pourrait changer très prochainement, nous dit-on, grâce à l'intérêt du gouvernement Trudeau pour le numérique.

«L'enjeu, c'est la découvrabilité, note Zoé Gagnon-Paquin, cofondatrice de Magnéto. Comment retrouver les productions quand il y en a des milliers un peu partout sur le web. Il faut quasiment les connaître pour les trouver ou se fier au bouche-à-oreille. Celui ou celle qui va résoudre ce problème-là va faire beaucoup d'argent.»

Patrick Masbourian... (Photo FRANÇOIS ROY, Archives LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Patrick Masbourian

Photo FRANÇOIS ROY, Archives LA PRESSE

Le pari d'ICI Radio-Canada

Lancée en février 2016, Première Plus se veut la Tou.tv de l'audio, une plateforme où l'on retrouve des archives sonores, des émissions de radio offertes en baladodiffusion ainsi que des créations originales.

C'est sur Première Plus qu'on a découvert Parce qu'on est en 2016, la balado féministe animée par Pénélope McQuade, La route des 20, la série documentaire de Patrick Masbourian (avant qu'elle ne migre sur la Première Chaîne) ou encore le spectacle Prédictions 2017 des gars de La soirée est (encore) jeune.

En plus d'offrir une belle vitrine aux projets radio-canadiens, on veut en faire un espace de diffusion de productions extérieures ou de coproductions, comme la série de balados lancée mercredi dernier en collaboration avec Urbania.

Pas de chiffres

«On observe un regain d'intérêt pour les balados», confirme Patricia Pleszczynska, directrice générale d'ICI Radio-Canada Première. Difficile toutefois d'obtenir des statistiques d'écoute. Les outils de mesure ne sont pas encore au point, nous répond-on. On nous cite le million de téléchargements annuel de La soirée ou encore le succès d'écoute d'Aujourd'hui l'histoire animée par Jacques Beauchamp, mais aucun chiffre sur les balados originales comme la série À voix haute animée par Marie-France Bazzo, par exemple. Impossible également de savoir quelle part du budget de la société d'État est allouée à cette nouvelle plateforme qui emploie une dizaine de personnes. «Nous ne divulguons pas ces informations, mais disons que c'est une portion importante du budget alloué au numérique», précise la directrice générale de la radio qui se dit contente de l'évolution de Première Plus.

«Nous travaillons à la refonte du site pour corriger les problèmes», répond Patricia Pleszczynska lorsqu'on souligne le peu de visibilité de la plateforme dans le paysage médiatique québécois, ou encore les problèmes de navigation sur le site. ICI Radio-Canada Première devrait annoncer sous peu la tenue d'une semaine (du 23 au 26 mai) entièrement consacrée à la radio et à la balado, qui présentera quelques activités ouvertes au public. À suivre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer