CISM: d'ex-animateurs se souviennent

Sébastien Trudel et Marc-Antoine Audette des Justiciers masqués.... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Sébastien Trudel et Marc-Antoine Audette des Justiciers masqués.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs personnalités que vous voyez toutes les semaines dans les médias sont passées par l'école CISM. Pour souligner les 25 ans de la radio étudiante, certaines ont accepté de nous ouvrir leur boîte à souvenirs, de nous montrer leurs photos d'époque, ou parfois même des extraits croustillants de leurs émissions.

Sébastien Trudel et Marc-Antoine Audette, membres des Justiciers masqués

«Nous faisions la première émission d'humour de l'histoire de CISM et la direction n'était pas habituée... Lors d'une entrevue où l'on riait du maire Pierre Bourque, le directeur des programmes de l'époque a tenté d'interrompre l'entrevue, mais nous avions barré la porte du studio! Il a d'abord frappé dans la fenêtre en criant, pour ensuite tenter d'arracher la porte! À notre sortie des ondes, il s'est mis à pleurer! Au final, CISM est la meilleure école qui soit. Après deux ans en ondes, CKOI nous offrait un emploi, alors qu'Énergie et Stéphane Laporte appelaient à la station pour se renseigner sur nous. On doit tout à CISM!»

Patrice Roy, cofondateur de CISM, journaliste et animateur à Radio-Canada

«CISM a été un coup de foudre. Derrière le micro de nos studios d'un centre communautaire situé sur le boulevard Édouard-Montpetit, j'ai su que j'allais pratiquer ce métier et que j'allais l'aimer avec passion. En 1984, alors que j'étais étudiant en science politique à l'Université de Montréal, j'avais envie de faire de la radio. On m'a dit il n'y en avait pas, mais qu'un gars travaillait là-dessus dans un petit local près du journal. C'est comme ça que j'ai rencontré Pierre-Louis Smith, premier directeur de CISM. Divertir, faire connaître de nouveaux artistes, informer, débattre, démocratiser le savoir universitaire... CISM est restée fidèle a son mandat d'origine. Et, bien sûr, c'est une école vivante pour tous ceux et celles qui veulent se lancer dans le monde des communications.»

Sébastien Benoît, animateur à Rythme FM et à Évasion

«De septembre 1990 à avril 1998, j'ai fait 17 heures de radio par semaine. Une de mes émissions avait pour titre La mission et je la coanimais avec Véronique Cloutier et l'actuel ministre de l'Environnement, David Heurtel. C'est là que j'ai tout appris: mise en ondes, animation et conception d'un show musical qui respecte les quotas imposés par le CRTC. C'est aussi là que j'ai fait connaissance avec Zébulon, Les Colocs et Daniel Bélanger, qui commençaient leur carrière. CISM, c'est la plus belle des écoles.»

Anne-Marie Withenshaw... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Anne-Marie Withenshaw

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Anne-Marie Withenshaw, animatrice à ARTV, CASA et Évasion

«J'ai postulé à CISM en 1997, même si j'étudiais à Concordia. Mon université avait elle aussi une radio sur la bande FM, mais sans aucune portée: elle ne se rendait même pas partout sur le campus! Bref, je voulais une expérience à la "vraie" radio, que j'écoutais religieusement chaque soir, dans mon lit, avec mes gros écouteurs. On m'a confié l'animation d'une journée de l'émission du retour: trois heures en direct! Ma première entrevue: Frank Black des Pixies, un monstre sacré de la musique alternative qui ne voulait rien savoir de moi et de mes questions de "rookie"!»

Dave Ouellet, alias MC Gilles, coanimateur à Radio-Canada et ARTV

«J'étais à l'époque gestionnaire en radio, à titre de directeur général. Pour le plaisir, j'ai pris un pseudonyme pour faire jouer de la musique comique dans une case abandonnée. C'était à l'été 2004... Je ne me doutais pas que ce personnage de MC Gilles me ferait vivre un jour. J'ai dû abandonner la gestion!»

Fred Savard, chroniqueur à ICI Radio-Canada Première et ARTV

«Crise du verglas, 1998. Nous étions la seule émission en direct de la journée. Tous les autres animateurs n'avaient pu se rendre à la station! On avait l'impression de faire de la radio de brousse, même si notre émission en était une d'humour satyrique, de parodies et d'impro. On faisait un bulletin de nouvelles humoristiques et j'ai dû, en plus, ce dimanche-là, faire le bulletin de nouvelles officiel de CISM puisque le lecteur de nouvelles n'avait pas pu se rendre à la station. On trouvait ça ben drôle de faire le faux et le vrai bulletin!»

Marie Plourde, conseillère d'arrondissement pour Projet Montréal

«Mon passage à CISM fut marquant, une aventure dont je ne peux extraire un seul souvenir sans me replonger complètement dans cette époque fabuleuse. Amour de la musique, spectacles, travail, études, sorties au Clandestin et amitiés. Je me souviens des longues heures à faire la mise à jour de la discothèque; de la rédaction du mémoire au CRTC pour obtenir une fréquence et de l'épique référendum étudiant pour assurer le financement des activités de CISM. Sans mon poste de directrice musicale, je ne serais sans doute jamais devenue VJ à MusiquePlus.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • CISM: rester pertinent à l'ère du numérique

    Médias

    CISM: rester pertinent à l'ère du numérique

    Le monde de la musique a beaucoup évolué en 25 ans. Depuis la création de CISM, en 1991, les jeunes Québécois ont changé leurs habitudes de... »

  • De CISM à <em>La Presse </em>

    Médias

    De CISM à La Presse 

    Avant d'arriver au quotidien de la rue Saint-Jacques, certains journalistes de La Presse ont eux aussi fait leurs classes à CISM. Quatre... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer