Paul Arcand et la «mononc'isation»

Paul Arcand... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Paul Arcand

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

La radio parlée à Montréal est-elle un boys club de «mononcs» qui fait peu de place aux femmes? Cette critique, publiée hier dans Le Devoir, a fait beaucoup réagir.

Paul Arcand, le morning man le plus écouté en ville, au 98,5FM, accueille la critique avec ambivalence. Il soutient que plusieurs facteurs influent sur la composition d'une équipe en radio.

«Oui, il y a le ratio hommes/femmes, mais on considère aussi la représentation des différentes générations. C'est une question d'équilibre», estime-t-il, ajoutant que des sujets plus «féminins» sont parfois mis de l'avant même quand l'intervieweur est un homme.

Son principal concurrent qui ouvre la journée sur Radio-Canada Première, Alain Gravel, a refusé de réagir aux critiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer