• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Les journaux régionaux craignent la fin des publicités des villes 

Les journaux régionaux craignent la fin des publicités des villes

La loi actuelle exige des villes québécoises qu'elles... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La loi actuelle exige des villes québécoises qu'elles publient des avis publics dans les journaux sur leur territoire. La fin de ces publicités obligatoires est crainte par l'association des hebdomadaires indépendants.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les villes pourraient bientôt se contenter de diffuser certaines publicités sur l'internet plutôt que dans les journaux, comme elles y sont actuellement obligées. L'association des hebdomadaires indépendants craint que cette décision n'entraîne la disparition du quart des postes de journalistes en région et la fermeture de certains journaux locaux.

Depuis 2012, un comité de travail du ministère des Affaires municipales étudie l'obligation faite aux villes québécoises de publier des avis publics dans les journaux sur leur territoire, notamment lorsqu'elles souhaitent accorder un contrat de plus de 100 000 $. La Ville de Montréal, qui participe à ces travaux, indique que ce groupe « souhaite ajouter internet comme mode de publication ou de signification acceptée légalement », peut-on lire dans un document obtenu par La Presse. 

Gilber Paquette, directeur général d'Hebdos Québec, qui représente 30 journaux locaux indépendants, craint un manque de transparence si les villes sont autorisées à utiliser leur site internet. « Personne ne va aller voir les avis publics. »

La fin de ces publicités obligatoires risque surtout de mettre à mal les finances de journaux dont la santé est déjà précaire. Hebdos Québec estime que le quart des postes de journalistes pourrait disparaître.

«Depuis plusieurs années, il y a une accumulation de facteurs défavorables. La fin des avis publics viendrait donner le coup de grâce à certains petits journaux.»

Gilber Paquette
directeur général d'Hebdos Québec

Même son de cloche chez Transcontinental, qui possède 110 journaux. « Ça va être dramatique dans plusieurs cas », dit Sylvain Morissette, chef de la direction des communications de l'entreprise.

Qui plus est, selon Gilber Paquette, la fin de la publication des avis publics dans les journaux représenterait des « économies de bouts de chandelle » pour les villes.

L'exemple de Châteauguay

Châteauguay, qui a adopté une résolution demandant la fin de l'obligation de publier les avis publics, dit avoir dépensé 53 000 $ en 2011 en avis publics, alors que son budget annuel est de 86 millions.

La mairesse de la municipalité, Nathalie Simon, constate que les médias migrent de plus en plus vers l'internet. Modifier la loi ne ferait que refléter ce changement, dit-elle.

Mme Simon ajoute qu'elle ne croit pas que la fin des avis publics nuira au débat public et que les gens seront moins au courant des dossiers si l'information est uniquement diffusée sur le site internet de la Ville. 

En attendant la fin des avis publics dans les journaux, la Ville de Montréal entend miser sur la concurrence entre les médias de Montréal pour faire baisser sa facture en publicités. La métropole a entrepris de lancer un appel d'offres afin de choisir un seul quotidien pour ses placements publicitaires pour les trois prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer