• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > La rédaction de Charlie Hebdo se divise sur l'argent du journal 

La rédaction de Charlie Hebdo se divise sur l'argent du journal

Juste avant l'attentat djihadiste qui a tué douze... (PHOTO PHILIPPE HUGUEN, AFP)

Agrandir

Juste avant l'attentat djihadiste qui a tué douze personnes de son équipe, le journal, au bord de la faillite, ne se vendait qu'à 30 000 exemplaires.

PHOTO PHILIPPE HUGUEN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

Onze salariés de Charlie Hebdo réclament à la direction un statut d'«actionnaires salariés en parts égales», a-t-on appris auprès de collaborateurs du journal, qui a recueilli près de 30 millions d'euros depuis l'attentat de janvier.

«Laurent Léger (journaliste de Charlie Hebdo) a annoncé mercredi en conférence de rédaction avoir créé un collectif pour ouvrir des négociations sur une répartition égalitaire du capital», a indiqué à l'AFP l'un des avocats du journal, représentant de la direction, qui n'a pas souhaité être nommé.

Dans un courriel dont l'AFP a obtenu une copie, Laurent Léger précise que ce collectif réunit onze collaborateurs, dont lui-même, l'urgentiste Patrick Pelloux et le dessinateur Luz. Ce collectif a engagé deux avocats, Antoine Comte et Stéphane Servant.

Charlie Hebdo est détenu actuellement à 40% par les parents de Charb, ayants droit de leur fils tué dans l'attaque du 7 janvier, 40% par le dessinateur Riss, nouveau directeur de la publication blessé à l'épaule, et 20% par Eric Portheault, directeur général.

«La direction l'a appris mercredi. Nous prenons acte des souhaits des salariés d'être associés à la vie du journal. Mais nous sommes très loin de la réflexion sur l'actionnariat», a commenté l'avocat du journal, expliquant que les dirigeants étaient «navrés» de cette initiative.

«Riss est encore à l'hôpital, les parts de Charb sont gelées par la succession de Charb. Tout cet argent fait plus de mal que de bien. Cela fait penser à ces enterrements où on se bat déjà en revenant du cimetière pour les bijoux de la grand-mère», a-t-il regretté.

«Pour le moment, on n'est pas associé aux choix. Il n'y a rien contre la direction actuelle, aucun conflit avec qui que ce soit, mais par rapport à ce qui s'est passé, les salariés veulent être davantage acteurs de l'entreprise», a déclaré pour sa part Patrick Pelloux, joint par l'AFP.

«À partir du moment où une entreprise est décimée, vous vous sentez complètement liés à elle», plaide-t-il. «Il ne s'agit pas de se partager le gâteau. L'argent ne nous intéresse pas».

Contacté par l'AFP, Laurent Léger a seulement répondu qu'il s'agissait de «discussions internes au journal».

Juste avant l'attentat djihadiste qui a tué douze personnes de son équipe, le journal, au bord de la faillite, ne se vendait qu'à 30 000 exemplaires. Il a depuis vu affluer les dons, les abonnements, et vendu à plus de 7 millions d'exemplaires son «numéro des survivants», sorti le 14 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer