Affaire Ghomeshi: la CBC suspend deux cadres

Le 26 novembre, l'ex-animateur de radio Jian Ghomeshi s'est... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le 26 novembre, l'ex-animateur de radio Jian Ghomeshi s'est rendu en cour pour annoncer qu'il allait plaider non coupable aux cinq chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux membres de la direction de la CBC ont été placés en congé forcé pour une période «indéterminée» dans la foulée de l'affaire Ghomeshi, a annoncé le diffuseur public lundi soir.

Le directeur général des services radio et audio de la CBC, Chris Boyce, et le directeur général des ressources humaines, Todd Spencer, ont ainsi été suspendus. «La décision a été prise par la direction», a confirmé Chuck Thompson, responsable des relations avec les médias. 

Le porte-parole n'a pas voulu préciser quels éléments de l'affaire Ghomeshi ont mené à la suspension des deux cadres, pas plus qu'il n'a souhaité préciser si ceux-ci allaient continuer de recevoir un salaire pendant leur absence. 

Au lendemain du renvoi, le 24 octobre, du populaire animateur de l'émission de radio Q, Jian Ghomeshi, l'émission The Fifth Estate, produite et diffusée par la CBC, a remis en question la manière dont la direction avait géré cette controverse

L'équipe de l'émission d'enquête avait entre autres révélé que des membres de la haute direction de la CBC avaient été mis au courant d'allégations troublantes à propos de leur animateur-vedette. Les confidences d'ex-producteurs de Q, de même que la mise en ligne d'un compte Twitter alléguant que Jian Ghomeshi avait agressé certaines femmes, n'avaient pas fait bouger la direction. 

«Il m'a confirmé qu'il n'avait jamais transgressé la loi ni aucun principe éthique», avait déclaré Chris Boyce devant les caméras de The Fifth Estate. Le grand patron de la radio avait aussi admis avoir continué de croire son animateur-vedette, malgré l'accumulation de preuves pouvant incriminer Jian Ghomeshi.

La direction avait également affirmé avoir mené une enquête auprès de ses employés, directeurs de programmes et gestionnaires, afin de déterminer si la tête d'affiche de Q avait eu des comportements inadéquats à leur endroit. Or l'enquête de The Fifth Estate avait remis cette démarche en question. L'investigation menée par l'équipe de l'émission auprès de 17 employés avait révélé qu'aucun employé n'avait été questionné par la direction ou les ressources humaines à propos des comportements qui étaient alors reprochés à Jian Ghomeshi. 

Le 26 novembre, l'ex-animateur de radio s'est rendu en cour pour annoncer qu'il allait plaider non coupable aux cinq chefs d'accusation qui pèsent contre lui. Jian Ghomeshi devra répondre à quatre chefs d'agression sexuelle et à une accusation d'avoir vaincu la résistance par l'étouffement. Il doit revenir en cour mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer