Des nouvelles pour «moi»

Mark Zuckerberg... (Photo: archives Reuters)

Agrandir

Mark Zuckerberg

Photo: archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si vous êtes abonné à Facebook, vous savez sans doute que le réseau social s'apprête à offrir à ses abonnés des nouvelles taillées sur mesure en fonction de leurs intérêts, leurs préférences et leurs habitudes de navigation.

L'objectif du grand patron de Facebook, Mark Zuckerberg: offrir un journal personnalisé pour chaque utilisateur dans le monde grâce à un choix éditorial qui sera effectué non pas par un rédacteur en chef, mais bien par un algorithme.

Cette nouvelle offre n'est pas si surprenante, quand on y pense. Elle est la suite logique de l'arrivée de la plupart des grands médias sur Facebook en 2011. Que ce soit The Guardian, The Wall Street Journal, Time ou CNN, ils ont tous lancé une application permettant de consulter leur contenu sans quitter l'environnement Facebook.

Résultat: de plus en plus de gens s'informent par l'entremise du réseau social.

Ils sont en outre toujours plus nombreux à s'informer sur leur appareil mobile (téléphone, tablette), ce que confirme la plus récente étude du CEFRIO, NETendances 2014.

«L'engouement croissant pour l'information sur appareils mobiles ouvre de nouvelles portes aux diffuseurs de nouvelles.»

Claire Bourget
directrice principale, recherche marketing au CEFRIO lors de la publication de l'étude NETendances 2014

Aux États-Unis, le mouvement est encore plus prononcé. Une étude du Pew Center estime que la proportion de partages (comme lorsqu'on accède à un article de La Presse par Twitter ou Facebook, par exemple) est aussi importante que celle de la recherche (par exemple quand on se rend directement sur la page d'accueil de La Presse). Dans les deux cas, cette proportion est d'environ 29 %.

Dans un rapport maison sur les tendances à venir, le site BuzzFeed affirme qu'«il est révolu, le temps où on s'assoyait et où on parlait de la page d'accueil de notre site. Aujourd'hui, on s'assoit et on parle de partages de nos textes sur Facebook et Twitter».

Une migration rapide

En quoi ces changements sont-ils si importants? demandait récemment Emily Bell, directrice du Centre Tow en journalisme numérique à l'Université Columbia. «Sans le réaliser, nous sommes entrés dans un monde où la façon de nous informer ne passe plus par les journaux ou par les manchettes du bulletin de 18 h, a déclaré Mme Bell dans le cadre de la Reuters Memorial Lecture, la semaine dernière. L'information passe maintenant par ce que nous voyons sur notre téléphone, à travers un autre filtre, et, de plus en plus, ce filtre est Facebook. En 2011, une étude du Pew Center estimait à 11 % la proportion de personnes qui s'informaient par l'entremise de Twitter ou Facebook sur un appareil numérique. Trois ans plus tard, 30 % des gens interviewés disent s'informer exclusivement sur Facebook. C'est une migration très rapide en peu de temps.»

Y aura-t-il une voie de sortie, une façon de s'informer sans passer par Facebook?

Des entreprises de presse, grandes et petites, tentent de se tailler une place à l'ombre du géant.

En janvier prochain, Reuters lancera l'application Reuters TV, un bulletin qui vous sera livré au moment de votre choix, avec les nouvelles qui vous intéressent et, surtout, d'une durée qui conviendra à votre horaire (de 5 à 30 minutes, au choix).

Une autre application, News on Demand, déjà sur le marché, se présente comme un «concierge» de l'information (allusion au concierge d'hôtel qui se plie à vos moindres désirs). Lancée par une journaliste du Figaro basée en Californie, l'application propose les trois nouvelles de la journée ou du moment, des nouvelles pigées dans une immense banque d'agences et de médias traditionnels, bien entendu.

Pour les médias traditionnels, voilà un défi supplémentaire: comment être assez attrayant pour que les consommateurs-citoyens aient envie de partager vos contenus dans les réseaux sociaux?

Quant à l'impact de ces nouvelles personnalisées, ces infos «chacun pour soi», sur le tissu social... on laissera aux sociologues le soin de l'analyser.

Une série légale chez BitTorrent

On connaît BitTorrent comme un protocole de partage de fichiers, la plupart du temps illégaux. En effet, c'est par l'entremise de BitTorrent que bien des internautes visionnent des émissions ou des films piratés. Critiquée par certains, l'entreprise souhaite-t-elle blanchir son image? Toujours est-il qu'elle se présente désormais comme un producteur de contenus légitimes. L'automne prochain, on pourra donc visionner la première série produite par BitTorrent, Children of the Machine, une série de science-fiction qui se déroulera en 2031.

Plus de femmes, s'il vous plaît!

Le rédacteur en chef de Bloomberg News demande à ses journalistes de citer davantage de femmes. À l'heure actuelle, le ratio d'experts cités dans les articles de l'agence tourne autour de 20 % de femmes pour 80 % d'hommes. Bloomberg News vise l'égalité des sexes en ce qui concerne les sources dans les reportages longs et les enquêtes. Les reportages devront compter au moins une citation de femme. Les journalistes incapables d'atteindre cet objectif pourront toujours consulter la liste de 800 expertes mise à leur disposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer