Grand ménage au Nouvel Observateur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le Nouvel Observateur, premier news magazine français, va se rebaptiser L'Obs et lancer une nouvelle formule le 23 octobre recentrée sur les enquêtes, avec des effectifs réduits et l'objectif de redevenir rentable, a annoncé jeudi sa direction.

Dirigé par Matthieu Croissandeau, l'hebdomadaire qui fête cette année ses 50 ans va connaître une vague de départs volontaires de 36 journalistes, qui profiteront de la clause de cession ouverte par sa vente du titre cette année aux actionnaires du Monde.

Les effectifs de la rédaction devraient être ramenés à environ 157, dont 115 rédacteurs, contre environ 180 l'an dernier, a précisé à l'AFP Jacqueline Volle, présidente du directoire. Parmi les grandes signatures en partance, François Bazin, Marie-France Etchegoin ou encore Sophie des Deserts, a-t-on appris au sein de la rédaction.

Malgré des ventes de 485 000 exemplaires et un site au 3e rang des sites d'info, l'hebdomadaire et ses filiales, dont Rue 89, ont perdu 9,8 millions d'euros en 2013, sur un chiffre d'affaires de 90 millions. Il a souffert de l'atonie du marché publicitaire, même si ses ventes ont résisté (-3% en 2014).

Cette fragilité avait permis aux actionnaires du Monde de racheter 65% du magazine pour seulement 13,4 millions d'euros, le fondateur Claude Perdriel en conservant 35%. Sur cette somme, 8 millions financeront les départs, qui lui coûtent 150 000 à 200 000 euros par personne.

Pascal Riché, cofondateur de Rue89, rejoint le magazine comme directeur adjoint en charge des éditions numériques. La rédaction en chef est composée de Sylvain Courage, Renaud Dély, Géraldine Mailles et Paul Quinio.

Sur le numérique, une zone payante sera mise en place fin 2014 avec en outre la création d'un portail en ligne rassemblant des sites thématiques, dont Rue89. La parution d'une édition numérique quotidienne est à l'étude, qui pourrait être axée sur des enquêtes.

L'hebdomadaire donnera aussi plus de place aux longues enquêtes, aux reportages et aux débats d'idées, et vient de créer une cellule investigation. Autre changement, son supplément Téléobs, aujourd'hui quinzomadaire, redeviendra hebdomadaire et le 4 décembre sera lancé un supplément mensuel sur les tendances.

«Après plusieurs années de pertes, des investissements importants dans le numérique et une recapitalisation intervenue avant l'été, notre stratégie est de reconstruire le modèle économique de l'Obs en conjuguant la croissance du numérique, l'identité de chacune des marques et la relance du papier. Nous sommes convaincus que cette nouvelle dynamique peut se traduire par un retour aux bénéfices dès 2015», a commenté Jacqueline Volle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer