Publicité à la une

La publicité du NPD à la une du... (Photo: Metro et 24hrs)

Agrandir

La publicité du NPD à la une du journal Metro ainsi que la publicité du parti progressiste-conservateur à la une du journal 24 hrs, toutes deux publiées mercredi dernier à Toronto.

Photo: Metro et 24hrs

Horwath leads (Horwath en tête), titrait en première page le journal gratuit Metro, mercredi dernier, à Toronto. La veille, les chefs des principaux partis ontariens s'étaient affrontés dans un débat, comme le veut la tradition en campagne électorale. Le journal Metro annonçait que la chef du NPD, Andrea Horwath, menait la course.

«Hudak wins debate» (Hudak a gagné le débat), pouvait-on toutefois lire le même jour en page couverture du quotidien gratuit 24 hrs, concurrent de Metro, qui donnait le chef du parti progressiste-conservateur, Tim Hudak, gagnant.

Qui disait vrai?

Difficile à dire. Car dans les deux cas, il s'agissait non pas d'articles rédigés par des journalistes, mais bien de publicités payées par des partis politiques. À la une du journal. Et présentées comme de fausses manchettes.

La vente de la une à un annonceur n'est pas un phénomène nouveau en presse écrite. La Presse le fait depuis plusieurs années, Le Journal de Montréal aussi. Même l'hebdomadaire Time a commencé à vendre un petit espace publicitaire sur sa célèbre première page.

Mais la vente d'espace publicitaire à un parti politique qui imite une nouvelle, induisant ainsi les lecteurs en erreur, est plutôt exceptionnelle.

«De mémoire, je n'ai jamais vu ça au Québec», observe Thierry Watine, professeur au département d'information et de communication de l'Université Laval.

Dangereuse confusion des genres

«L'hybridation et la confusion des genres ne sont pas des phénomènes nouveaux, au contraire, c'est quelque chose qui s'amplifie, poursuit-il. Il y a beaucoup de pression de la part des publicitaires, mais là, visiblement, les digues ont cédé. Si les partis politiques peuvent s'acheter une fausse une, on a un vrai problème de société. Une brèche vient d'être ouverte et ce n'est pas bon signe.»

Ce n'était pas la première fois qu'un journal canadien vendait sa première page à un parti politique. Le Metro Halifax l'avait fait en septembre 2013. Le 24 hrs de Vancouver aussi, en mai de la même année. Et en novembre 2013, le Brandon Sun - qui avait vendu sa une au Parti libéral - s'était exposé à de nombreuses critiques. À un point tel que l'éditeur Bob Cox, également éditeur du Winnipeg Free Press, avait dû prendre le clavier pour justifier sa décision.

Dans une lettre aux lecteurs, il écrivait: «Nous, aux journaux FP, éditeurs du Brandon Sun et du Winnipeg Free Press, acceptons la publicité politique aux mêmes conditions que nous le ferions pour n'importe quelle publicité. [...]»

Pour Thierry Watine, cette position est dangereuse.

Sur la une du journal Metro de mercredi, il fallait regarder attentivement pour voir la mention «Paid for by Ontario NPD» (Publicité payée par le NPD). Est-ce que tous les Torontois qui ont pris le journal gratuit ce matin-là ont lu la mention? Ou ont-ils cru qu'il s'agissait d'une vraie nouvelle? C'est le genre de confusion qui inquiète Thierry Watine. «Je ne sais pas si le grand public sait faire la distinction entre les genres, s'inquiète-t-il. Je me suis déjà fait piéger moi-même en lisant mon journal et pourtant, je suis professeur, donc très averti, alors imaginez quelqu'un qui ne porte pas attention à ce genre de détails. Verra-t-il la différence?»

«Avec le temps, craint le professeur de l'Université Laval, il y a un risque de banalisation. On se dira: bon, c'est comme ça, on n'y peut rien. L'information sera noyée dans quelque chose qui s'appelle la Communication avec un grand C. Et ce n'est pas une bonne nouvelle pour notre démocratie.»

Reporter au péché et au vice

Il y a des emplois qui frappent davantage l'imaginaire que d'autres et celui-ci fera peut-être rêver les étudiants en journalisme: le New York Times vient de nommer Mosi Secret (c'est son vrai nom, assure-t-il sur son profil Twitter) reporter au péché et au vice (sin and vice). Premier article: un long reportage sur un bar de danseuses dans l'édition dominicale de la semaine dernière. Pas de doute, M. Secret ne manquera pas de sujets. Pendant ce temps, la public editor du journal, Margaret Sullivan, gère les plaintes de certains lecteurs outrés.

Lara Logan revient à 60 Minutes

On apprenait mercredi dernier dans le Hollywood Reporter que la journaliste Lara Logan, suspendue de l'émission 60 Minutes en novembre dernier, avait réintégré son poste. Mme Logan, qui avait fait la manchette en 2011 lorsqu'elle avait été victime d'une agression sexuelle en couvrant les manifestations de la place Tahrir, en Égypte, a été sévèrement blâmée pour son reportage sur l'attaque du consulat américain à Benghazi, reportage qui contenait plusieurs erreurs.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer