Débuts décevants pour Radio X

Les Dominic Maurais (notre photo), Éric Duhaime et... (Photo: tirée du site internet de Radio X)

Agrandir

Les Dominic Maurais (notre photo), Éric Duhaime et Jean-Charles Lajoie, trois animateurs-vedettes de Radio X Montréal, ne semblent donc pas avoir séduit l'auditoire de la métropole.

Photo: tirée du site internet de Radio X

Partager

Après huit semaines en ondes, l'aventure de Radio X en territoire montréalais est loin d'être concluante. Selon des chiffres préliminaires BBM - les données officielles doivent être publiées en décembre -, la radio parlée inaugurée en août dernier attire moins d'auditeurs que Planète Jazz à la même époque, l'an dernier. Les fans d'Ella Fitzgerald et d'Oliver Jones ont fui le 91,9 FM, mais n'ont pas encore été remplacés.

Ainsi, dans l'auditoire général, Radio X ne récolte que 0,7 part de marché (les parts de marché pour la radio sont l'équivalent du tirage pour un journal). L'an dernier, Planète Jazz obtenait le double, avec 1,4. En comparaison, le 98,5 FM remporte 22,7 parts de marché et la Première Chaîne (91,5 FM) environ 10,7. Quant à CHOI Québec, société mère, elle récolte 11,5 parts de marché, selon les données BBM du printemps dernier.

Les Dominic Maurais, Éric Duhaime et Jean-Charles Lajoie, trois animateurs-vedettes de Radio X Montréal, ne semblent donc pas avoir séduit l'auditoire de la métropole. Durant la semaine, Radio X rejoint en moyenne 169 000 auditeurs alors qu'il y a un an, Planète Jazz en attirait 211 000.

Chez les 25-54 ans, le groupe qui intéresse davantage les annonceurs, Radio X obtient 0,7 part de marché, loin, loin derrière le 98,5 FM qui récolte 20,6 parts et la Première Chaîne, qui en compte 7,2.

En comparaison, lorsque le 98,5 FM était passé d'un format musical (COOL FM) à un format de radio parlée, en 2005, la station avait vu ses heures d'écoute augmenter de 50% dès la première année.

«Le changement de format et la reconstruction d'un auditoire prennent plus de deux mois à faire», affirme le directeur de la programmation de CHOI Montréal, Jean-Nicolas Gagné, joint par La Presse hier. «Nous n'avions pas d'attentes ou d'objectifs pour les premières semaines en ondes, ajoute-t-il. Ce que nous faisons, c'est-à-dire reprendre une antenne en sachant qu'on va chasser les gens qui écoutaient Planète Jazz, ça prend du temps. Ce n'est pas encore le temps de faire des bilans.»

Jean-Nicolas Gagné estime qu'il est trop tôt pour envisager un remaniement de sa grille ou pour apporter quelque changement que ce soit. Déçu? «C'est certain que tout le monde aimerait être numéro 1 dès le départ, mais c'est utopique. On se posera les bonnes questions en temps et lieu.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Mince avancée de la radio parlée

    Arts

    Mince avancée de la radio parlée

    Si à Québec et à Montréal les stations de radio parlée rallient le plus d'oreilles, la tendance vers les émissions d'information et d'opinion se... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer