Décès de la romancière Assia Djebar, membre de l'Académie française

Assia Djebar était considérée comme l'une des auteurs... (Photo archives AFP)

Agrandir

Assia Djebar était considérée comme l'une des auteurs les plus célèbres et influentes du Maghreb. Son oeuvre littéraire est traduite en 23 langues.

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique CHABROL, Myriam CHAPLAIN RIOU
Agence France-Presse
ALGER

L'Algérienne Assia Djebar, décédée vendredi à Paris à l'âge de 78 ans, comptait parmi les figures majeures de la littérature maghrébine d'expression française, auteur prolifique qui prônait l'émancipation des musulmanes et le dialogue des cultures.

Née le 30 juin 1936 à Cherchell (100 km à l'ouest d'Alger) dans une famille de petite bourgeoisie traditionnelle, Fatima Zohra Imalayène publie son premier roman «La soif» en 1957. Comme nom de plume, elle choisit Assia («la consolation») Djebar («l'intransigeance»).

Première femme musulmane admise à l'École normale supérieure de Paris (1955), après une khâgne au lycée Fénelon, elle est aussi la première personnalité du Maghreb élue à l'Académie française (2005), après l'avoir été à l'Académie royale de Belgique, en 1999.

Fille d'un instituteur et d'une mère berbère, elle prend très jeune le parti de l'indépendance de son pays, alors sous domination française, mais décide d'écrire en français et enchaîne Les impatients (1958), Les enfants du nouveau monde (1962), Les alouettes naïves (1967).

De 1962 à 1965, elle enseigne l'Histoire à l'université d'Alger où elle retourne en 1974 pour enseigner la littérature française et le cinéma.

Après notamment Femmes d'Alger dans leur appartement (1980), L'amour, la fantasia (1985), Ombre sultane (1987), elle fait parler les grandes figures féminines proches du Prophète dans Loin de Médine (1991).

Après la mort de son père en 1995, Assia, qui a toujours vécu entre la France et l'Algérie, accepte la direction du Centre d'études françaises et francophones de Bâton Rouge (Louisiane).

Elle poursuit son oeuvre, riche d'une vingtaine de romans traduits en autant de langues, sur le sort des femmes et des intellectuels dans l'Algérie de la violente décennie 1990.

Suivent entre autres Le Blanc de l'Algérie (1996), Oran, langue morte (1997, Prix Marguerite Yourcenar à Boston), Ces voix qui m'assiègent (1999), La Femme sans sépulture (2002).

Après La Disparition de la langue française (2003), elle publie un récit autobiographique, Nulle part dans la maison de mon père (2007).

Assia Djebar, qui a aussi enseigné la littérature française à la New York University, était également réalisatrice de films, La Nouba des femmes du mont Chenoua (prix de la critique internationale à Venise en 1979) et La Zerda ou les chants de l'oubli (prix du meilleur film historique au Festival de Berlin, 1983).

Après un premier mariage (1968-1975), avec l'écrivain Walid Carn (pseudonyme d'Ould-Rouis Ahmed), elle a épousé le poète Malek Alloula, en 1981.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer