Festival du Jamais Lu: prise de parole

Pour donner le coup d'envoi au 13e Festival du Jamais lu, grand rendez-vous des... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Pour donner le coup d'envoi au 13e Festival du Jamais lu, grand rendez-vous des auteurs dramatiques, la directrice artistique Marcelle Dubois a organisé une Soirée des manifestes.

L'événement réunira ce soir aux Écuries 16 auteurs de 9 pays, dont la France, la Belgique, la Suisse, le Congo, Haïti, le Burkina Faso et les Comores. Chacun livrera le manifeste qui anime le collectif d'auteurs auquel il appartient.

L'idée lui est venue l'an dernier au Festival des francophonies en Limousin, à Limoges, où elle a organisé une soirée semblable. Le résultat l'a convaincue de reproduire l'événement pour ouvrir le Jamais lu.

«La particularité des 16 auteurs est d'avoir créé dans leurs pays respectifs un collectif d'auteurs, pour toutes sortes de raisons. En Suisse, par exemple, ils se sont regroupés afin de démontrer qu'ils n'étaient pas neutres.»

Une prise de parole artistique mais aussi politique, d'après Marcelle Dubois, qui estime que peu importe le lieu, le moteur de l'écriture tourne souvent autour du besoin de «remplir les insuffisances de notre monde».

«En Suisse, ils sont en réaction contre le mouvement qui vise à refermer les frontières à l'immigration, explique- t-elle. Non seulement ils ont un historique de neutralité, mais ils ont aussi l'impression de se retirer du monde. Ça leur paraît insensé.»

Présence africaine

Des auteurs africains seront également présents. Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) avait d'ailleurs organisé des lectures publiques l'an dernier avec le collectif du Burkina Faso.

«Leur collectif a été créé pour sortir du rapport postcolonial avec la France. Ils ont eu envie d'avoir une tribune africaine pour exister en dehors de la France, même si cela signifiait que leur parole circulerait moins...»

Pour se préparer à cette soirée, Marcelle Dubois leur a soumis quelques questions telles: «Est-ce que le mot pays veut encore dire quelque chose pour vous?», «Qu'est-ce qui ne se dit pas sur la francophonie?» ou «Pourquoi avoir choisir l'art plutôt que l'humanitaire ou le politique?»

Marcelle Dubois et Marc-Antoine Cyr présenteront ensemble le manifeste québécois. «Il s'agit du manifeste des Écuries à la fondation du lieu, mais aussi celui du Jamais lu, qui tourne autour de la collectivité. D'ailleurs, il clôt la soirée parce qu'il témoigne de la force du rassemblement.»

Le Festival du Jamais lu présente une douzaine de lectures publiques jusqu'au 9 mai. Samedi soir, David Paquet partira le bal avec son «stand-up poétique».




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer