Normand Baillargeon: dis-moi ce que tu manges...

C'est une chronique soulignant le passage du chef... (photo PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

C'est une chronique soulignant le passage du chef Ricardo à l'émission de Franco Nuovo qui a été la bougie d'allumage pour le livre À la table des philosophes de Normand Baillargeon.

photo PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Habitué du Salon du livre, qu'il aborde toujours comme une fête, Normand Baillargeon est venu y présenter son dernier ouvrage: À la table des philosophes, un livre original qui réfléchit aux enjeux philosophiques soulevés par l'acte de manger.

L'idée de ce bouquin lui est venue alors qu'il était chroniqueur à la Première Chaîne de Radio-Canada, à l'émission du dimanche matin de Franco Nuovo. «Ricardo était invité et je me demandais quelle chronique je pourrais faire en sa présence, raconte le philosophe en entrevue. Il faut dire que j'aime beaucoup Ricardo. Ma belle-mère m'a abonné à son magazine il y a quelques années. M'abonner à une revue de cuisine était complètement insensé, je ne faisais jamais à manger, mais elle est plus brillante que moi... [rires] Elle sait que je ne jette jamais les livres et les revues. Je les accumule. Le magazine Ricardo, c'est beau, c'est bien fait et c'est surtout pédagogique. Je me suis donc dit: "Je vais essayer une recette." C'était parfait pour quelqu'un comme moi qui n'avais jamais cuisiné. À la fin, c'était rendu que j'attendais le prochain numéro avec impatience.»

Le matin de la venue de Ricardo, Normand Baillargeon a donc présenté une chronique sur Kant.

«Je m'étais rappelé que dans un de ses livres, Kant donnait des conseils de table, rappelle-t-il. C'est complètement insensé, car c'est un des philosophes les plus austères, c'est un rigoriste, mais... il recevait ses amis à dîner!»

À la table des philosophes... (image fournie par Flammarion) - image 2.0

Agrandir

À la table des philosophes

image fournie par Flammarion

«Après cette chronique, je me suis rendu compte qu'il existait une chose qui s'appelle "philosophy of food", surtout dans le monde anglo-saxon, poursuit-il. Et comme il y a une grande passion pour la nourriture en ce moment au Québec - les chefs sont des vedettes, on considère ce qu'ils font comme des oeuvres d'art -, je me suis dit que c'était pertinent de réfléchir à tout ça.»

Au fil de ses recherches, l'ancien professeur de l'UQAM a constaté que les liens entre la philosophie et la nourriture remontaient jusqu'à l'Antiquité. «Pythagore était végétarien, souligne-t-il. Plus tard, Jean-Jacques Rousseau a abordé l'enjeu de la nourriture dans l'Émile. Plus près de nous, des philosophes réfléchissent au mouvement "manger local". En fait, j'ai découvert qu'il y avait un paquet de problématiques soulevées par la nourriture qui sont intéressantes.»

Normand Baillargeon a mis deux ans à écrire ce livre, toujours avec le même objectif en tête: populariser la philo auprès du grand public. «J'ai essayé de prendre des sujets importants et actuels, explique-t-il. Je ne voulais pas donner mon opinion ex cathedra, mais bien donner des outils pour penser. J'ai donc choisi 10 sujets qui me semblaient chauds et intéressants. Le livre contient aussi des suggestions de lecture et de discussions à table sur plusieurs enjeux. Une manière d'"alimenter la conversation"...»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer