Blaise Ndala: la littérature pour rapprocher les cultures

L'auteur Blaise Ndala était de passage à Montréal... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

L'auteur Blaise Ndala était de passage à Montréal la semaine dernière pour présenter son dernier roman, Sans capote ni kalachnikov.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus que jamais, aborder la question du racisme et de la discrimination apparaît comme une nécessité pour certains. Les éditions Mémoire d'encrier, implantées depuis 2003 à Montréal, ont inauguré en novembre dernier un lieu propice aux échanges interculturels qui a reçu cette semaine l'écrivain d'origine congolaise Blaise Ndala. Rencontre intimiste à l'Espace de la diversité, rue Bélanger.

C'est dans une ambiance feutrée, rendue chaleureuse par la présence de quantité de livres soigneusement disposés sur des étagères en bois de frêne récupéré en ville par un ébéniste, que l'Espace de la diversité accueille les invités.

Lundi dernier, Blaise Ndala y était de passage d'Ottawa, où il demeure, pour présenter son nouveau roman, Sans capote ni kalachnikov. Un roman vif et troublant d'actualité qui dénonce, par le biais d'une cinéaste québécoise et de deux ex-soldats rebelles dans l'Afrique des Grands Lacs, «l'égo-charité» et la marchandisation de la misère.

Pour ce deuxième roman, Blaise Ndala affirme avoir choisi Mémoire d'encrier, car la maison d'édition est, selon lui, «l'un des plus beaux carrefours de la littérature québécoise».

La maison a effectivement toujours eu la préoccupation de faire la promotion des livres de la diversité, souligne Camille Robitaille, relationniste chez Mémoire d'encrier. «Et l'Espace permet justement à nos écrivains de gérer des projets qui leur tiennent à coeur, et même d'accueillir des écrivains d'autres maisons d'édition.»

Tisser des liens autour des livres

C'est ainsi qu'au début du mois de janvier, à travers l'Espace de la diversité (qui est un organisme à but non lucratif), Blaise Ndala participait aux Rendez-vous littéraires au Sénégal, un projet coordonné par la romancière et anthropologue Yara El-Ghadban.

Accompagnés de cinq de leurs confrères, dont Tristan Malavoy et Monia Mazigh, les deux auteurs sont partis à la rencontre d'écrivains, de libraires et de jeunes Sénégalais dans des écoles de Dakar.

Sans capote ni kalachnikov de Blaise Ndala... (Image fournie par les Éditions Mémoire d’encrier) - image 2.0

Agrandir

Sans capote ni kalachnikov de Blaise Ndala

Image fournie par les Éditions Mémoire d’encrier

«Ce qui a rendu l'expérience particulièrement agréable, c'est l'appétit des jeunes pour la littérature. La richesse de nos interactions avec les élèves et auteurs africains est inestimable.»

L'éditeur de Mémoire d'encrier, Rodney Saint-Éloi, rappelle que c'est en réunissant écrivains et créateurs, à travers la littérature et les livres, que la maison et l'Espace de la diversité oeuvrent pour lutter contre l'exclusion, le racisme et toutes les formes de discrimination.

«Nous devons nous rassembler pour défendre les valeurs de la diversité que sont la tolérance, le vivre-ensemble, l'acceptation de l'Autre, différent de nous. Notre combat: faire circuler librement les livres et la symbolique des auteurs de la diversité. Le pari: construire, par les mots et les livres, une société plus juste, plus forte, moins centrée sur les chartes et valeurs injustes des uns contre les autres», estime Rodney Saint-Éloi.

Alliances et partenariats

Régi par une profonde volonté de rapprochement, l'organisme s'est entre autres allié à la Maison de la Syrie pour organiser, l'automne dernier, la première édition du Festival des cultures syriennes de Montréal. Un événement qui a permis à de nouveaux arrivants syriens de réaliser nombre de projets créatifs, comme des textes écrits à quatre mains.

Et les idées ne manquent pas pour l'année à venir... L'Espace de la diversité compte tenir dans ses locaux des ateliers d'écriture pour les jeunes, ainsi qu'une grande journée autour du racisme pour la rentrée de l'automne.

Sans capote ni kalachnikov. Blaise Ndala. Éditions Mémoire d'encrier. 276 pages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer