Nicolas Dickner: le roman du conteneur

«Je suis satisfait du livre, je pense que... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

«Je suis satisfait du livre, je pense que c'est mon meilleur », confie Nicolas Dickner au sujet de son plus récent roman Six degrés de liberté.

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josée Lapointe

En deux romans seulement, Nicolas Dickner s'est imposé comme un des écrivains les plus solides de sa génération. Dix ans après Nikolski, premier roman au succès instantané, et six ans après Tarmac, il est de retour avec Six degrés de liberté, roman de la mondialisation foisonnant et brillant, à la construction aussi précise qu'un mécanisme d'horlogerie.

Nicolas Dickner n'avait pas écrit de roman depuis Tarmac, il y a six ans. Mais il n'a pas chômé pendant tout ce temps, assure-t-il, puisqu'il a publié un recueil de chroniques, écrit Révolutions avec Dominique Fortier, livre inclassable basé sur le calendrier révolutionnaire, fait beaucoup de traductions. Et surtout, il a écrit Six degrés de liberté, son troisième roman, en librairie depuis mardi. «Ça faisait cinq ans que j'y travaillais. Je n'ai pas attendu des années avant de m'y mettre.»

Si le brillant auteur de Nikolski explique avoir utilisé «le même arsenal, mais en explorant autre chose», Six degrés de liberté reste du Dickner pur jus. Le roman est ainsi porté par la même intelligence fine, la même écriture précise et fluide au rythme implacable, le même plaisir du jeu de pistes teinté d'ironie, la même culture geek - et culture tout court -, le même univers toujours un peu décalé peuplé de pirates informatiques et de personnages solitaires et obsessifs.

«C'est vrai que j'ai mis en scène des personnages particulièrement obsédés dans mes romans, c'est devenu un peu ma marque de commerce. Mais bon, je trouve que ça fait des gens intéressants, même dans la vie, parce qu'ils sont entiers, investis.»

Nicolas Dickner ne peut s'en cacher et c'est évident même en le lisant: il est lui-même doté d'une personnalité obsessive. «Mais en même temps, c'est un mécanisme d'écrivain. Quand tu travailles quatre, cinq ans sur un truc, si tu n'es pas obsédé...»

Cette fois, son obsession s'est dirigée vers les conteneurs. Une fascination qui dure depuis très longtemps, et qu'il est conscient d'avoir alimentée au-delà du nécessaire. «Je me suis abonné à plein de sources spécialisées pour les gens de l'industrie, des flux RSS, des périodiques, des forums, des sites web...» Il est ainsi devenu incollable sur l'univers du transport maritime, parfois même en avance sur tout le monde!

Mais alors qu'il existe beaucoup d'essais, d'articles et de documentaires sur cet aspect du commerce mondial, le «roman du conteneur», comme il dit, n'existait pas encore.

C'est chose faite avec Six degrés de liberté, dans lequel Lisa, jeune femme au présent et à l'avenir flous, et Éric, crack de l'informatique devenu star du monde des affaires au Danemark, organisent une vaste entreprise pour transformer un conteneur de 40 pi en moyen de transport autonome. En parallèle (ou presque), Jay, ex-pirate informatique qui travaille pour la GRC sous une fausse identité, suit la progression d'un port à l'autre d'un conteneur surnommé Papa Zoulou, qui semble échapper à tous les contrôles.

Un résumé, précisons-le, qui est bien en deçà de toutes les ramifications, éclairs et amusements de ce roman réjouissant et brillant d'un bout à l'autre. «Il est bâti comme si j'avais installé des dominos dans un gymnase pendant les deux tiers, et que j'avais donné une pichenotte dessus pour la dernière partie, pour regarder ça se vider», dit l'auteur de 42 ans en souriant.

Détournement

Dickner aime les détournements de sens et le livre en est plein - le titre du roman par exemple, Six degrés de liberté, est en fait un terme d'ingénierie qui désigne les six mouvements possibles d'un objet dans l'espace. «En fin de compte, ça n'a rien à voir avec la liberté comme telle. Mais ça désigne comment Lisa cherche à se libérer.»

À l'instar de Lisa qui aménage un conteneur pour y vivre pendant des semaines, Nicolas Dickner estime avoir lui aussi utilisé l'objet de manière subversive. «C'est un détournement de sens, elle investit le paradigme comme si c'était un truc romantique. Moi, j'ai fait la même chose. J'ai pris un objet qu'on ne voit jamais sous cet angle, surtout pas en fiction, où en théorie il faut utiliser des sujets sexy. Et je l'ai rendu, je crois, un peu sexy...»

Tout peut être poétique, donc? «Oui, poétique, anthropologique. Tout est embrassé par la culture, rien ne lui résiste.»

La beauté du geste

Il ne faut «jamais baisser les bras devant l'adversité, toujours retourner se battre», constate le personnage de Lisa au début de l'histoire. La jeune patenteuse réalise en fait que l'important n'est pas tant le résultat que le travail qui y a mené - elle ira très loin dans cette direction, les autres personnages aussi.

C'est la beauté du geste qui compte, quoi, et cette maxime pourrait s'appliquer au travail de l'écrivain. Et encore plus à celui de Nicolas Dickner: les 380 pages de Six degrés de liberté sont truffées de sens cachés, d'indices, de répétitions, de citations, d'une foule de détails subtils et invisibles à l'oeil nu.

Il y a quelque chose de quasi héroïque dans cette manie qu'il a d'insérer toutes sortes d'éléments qui ont peu de chance d'être décelés par les lecteurs - «Je m'amuse avec ça, c'est central pour moi, mais en même temps ce n'est pas fait pour être vu...». Tout comme le temps qu'il a pris - deux ans - pour structurer son roman, qui comporte deux histoires dont la ligne de temps ne va pas à la même vitesse.

Il l'admet, Six degrés de liberté est son livre le plus ambitieux techniquement. «Parce qu'une fois que tu t'es donné une structure, tu dois la respecter sans faille. Je ne soupçonnais pas que ce serait un travail d'horlogerie fine à ce point.»

Soulagement

Après autant d'années de travail, de doutes, de recommencements, de coupes - il a jeté des chapitres entiers aux poubelles -, Nicolas Dickner est surtout soulagé de voir le livre enfin publié. Lui qui a vraiment cartonné avec son premier roman Nikolski - 80 000 exemplaires vendus seulement au Québec, des dizaines de milliers d'autres à l'étranger - n'a cependant pas d'attentes particulières.

«Le stress, je l'ai vécu avec Tarmac. C'était un cauchemar. Là je suis satisfait du livre, je pense que c'est mon meilleur, je crois que j'ai réussi à m'améliorer d'un livre à l'autre. Mais j'ai constaté qu'il n'y a pas de lien objectif clair, de manière générale, entre la qualité d'un texte et sa réception. Alors j'y pense, ça me titille un peu, mais pas plus. Et c'est très libérateur.»

___________________________________________________________________________

Six degrés de liberté. Nicolas Dickner. Alto, 381 pages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer