La ville gagne toujours: révolution et déception égyptiennes ***

La ville gagne toujours, d'Omar Robert Hamilton... (Image fournie par la maison d'édition)

Agrandir

La ville gagne toujours, d'Omar Robert Hamilton

Image fournie par la maison d'édition

Le Caire, 2011. Les rues vibrent au rythme des manifestations. Khalil, Mariam et Hafez y participent activement. Avec quelques comparses, ils mettent sur pied Chaos, une organisation diffusant images, balados et informations sur le mouvement d'opposition.

Mais bientôt, la frénésie du début se heurte à la lassitude du public, aux élections - et à leurs résultats -, aux oppositions, à la méfiance. Rêvant d'une révolution, les personnages sont plutôt contraints à se battre contre les policiers, à mettre sur pied des patrouilles antiharcèlement pour protéger les manifestantes, à visiter morgues et prisons à la recherche des disparus.

Les années passent, et le changement tant espéré ne prend pas le visage souhaité. Le réalisateur Omar Robert Hamilton met à profit sa propre expérience dans ce premier roman: lui-même s'est rendu au Caire en 2011, où il a mis sur pied un groupe pour documenter la révolution.

Les images sont d'ailleurs très fortes dans ce livre au style descriptif et efficace: l'asphyxie causée par les bombes lacrymogènes, la densité des foules, la panique autour des blessés. Les personnages, par contre, sont plutôt mal définis, laissant toute la place à leur combat politique et à l'action.

* * * 

La ville gagne toujours. Omar Robert Hamilton. Traduit de l'anglais par Sarah Gurcel. Gallimard. 344 pages.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer