L'art de perdre: la mémoire et la paix ***1/2

L'art de perdre... (Image fournie par Flammarion)

Agrandir

L'art de perdre

Image fournie par Flammarion

La PresseÉric Clément 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'art de perdre est une leçon d'histoire sans vainqueurs. Dans ce roman fouillé, Alice Zeniter raconte le parcours d'une famille kabyle bouleversée par la guerre d'Algérie. Une histoire inspirée par celle de sa famille paternelle.

Personnage central, Naïma vit en France et décide de s'intéresser à ses racines, notamment à son grand-père Ali, paysan algérien qui fit la guerre de 39-45 et quitta le Constantinois pour la France quand le FLN menaça sa sécurité et celle de sa famille.

L'aventure française en Algérie, au nom d'une «oeuvre civilisatrice», s'est achevée dans le sang et la terreur. Ali avait beau ne pas vouloir prendre parti, il s'était rangé du côté des Français pour protéger son village.

«Protégé d'assassins qu'il déteste par d'autres assassins qu'il déteste». Elle relate ensuite la misère de ces «harkis» vivant dans des camps français où il arrivait qu'on n'apprenne pas aux enfants algériens à lire et à écrire en français, car l'instituteur jugeait que «c'est trop compliqué». Il préférait leur faire dessiner des fleurs et leur apprendre le rugby...

Se penchant sur trois générations d'Algériens en France, L'art de perdre instruit et bouleverse à la fois. Il illustre à quel point l'intégration dans le respect des différences est, comme la mémoire, un défi de taille dans une société multiculturelle en quête d'harmonie. 

* * * 1/2

L'art de perdre. Alice Zeniter. Flammarion. 512 pages.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer