Je me tuerais pour vous et autres nouvelles inédites: le retour posthume d'un maître américain ****

Je me tuerais pour vous et autres nouvelles inédites... (Photo fournie par Grasset)

Agrandir

Je me tuerais pour vous et autres nouvelles inédites

Photo fournie par Grasset

La PresseJanie Gosselin 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tiraillé entre les impératifs financiers et son intégrité artistique, Francis Scott Fitzgerald a été un nouvelliste prolifique, cédant parfois à la pression d'écrire des textes accrocheurs, refusant d'autres fois les compromis demandés, quitte à laisser son oeuvre dormir dans un tiroir.

Seize nouvelles et deux synopsis de film jamais publiés ont été retrouvés récemment dans les archives de l'auteur américain, près de 80 ans après sa mort.

Son style précis, son humour railleur, son cynisme sont reconnaissables dans ces écrits datant pour la plupart de la seconde partie des années 30, une période difficile de sa vie.

Certains sujets sont polémiques pour l'époque: relations avant le mariage, divorce, suicide. Il met en scène des médecins - qui ont rarement le beau rôle -, des infirmières et des malades, des jeunes femmes hardies, des membres d'une classe privilégiée, des pauvres, des étudiants, des artisans du milieu cinématographique.

On se laisse porter par les malheurs intemporels de ces personnages, affligés par la crise économique, la maladie mentale, les dilemmes moraux. Avec, en toile de fond, l'amour, naissant ou mourant, jamais simple.

Certaines nouvelles sont meilleures que d'autres, mais toutes permettent d'apprécier la valeur de l'illustre écrivain.

* * * *

Je me tuerais pour vous et autres nouvelles inédites. Francis Scott Fitzgerald. Grasset. 477 pages.

«Extrait de la nouvelle Je me tuerais pour vous

« Les convives s'étaient légèrement penchés les uns vers les autres, bien que l'homme en question fût trop loin pour les entendre. Roger expliqua toute l'affaire.

‟Tout l'inverse. C'étaient ses petites amies qui se suicidaient pour lui. Ou qui étaient censées l'avoir fait.

 - Pour ce type-là ? Mais il est presque moche.

 - C'est probablement des foutaises. Mais une fille est morte dans un accident d'avion, elle a laissé une lettre, et une autre...

 - Deux ou trois l'ont fait, l'interrompit Schwartz. C'était une histoire extraordinaire."

Atlanta réfléchit.

‟Je peux à peine imaginer que je tuerais un homme par amour, mais certainement pas de me tuer pour qui que ce soit." »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer