Trois saisons d'orage: le fil de trois générations ***1/2

Trois saisons d'orage... (Viviane Hamy)

Agrandir

Trois saisons d'orage

Viviane Hamy

La PresseLaila Maalouf 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voilà un roman majestueux, avant tout dans l'écriture - maîtrisée, soignée, constante tout au long du récit. Majestueux également comme on imagine Les Fontaines, une carrière de pierre qui fait vivre un village «minuscule», niché au creux d'effrayantes falaises surnommées les Trois-Gueules.

Le récit s'entame dans la France d'après-guerre. Un médecin solitaire s'installe dans cette région hostile sans savoir qu'il sera le premier d'une lignée de trois générations. Sur près de 50 ans, le paysage se délie sans aucune ride au tableau.

L'orage pointe, mais il prend de longues et paisibles années avant d'éclater. L'auteure Cécile Coulon, qui n'a pas encore 27 ans, mais déjà neuf titres à son actif, peint une toile surprenante et délicate, avec douceur et contemplation.

On pourrait lui reprocher un ton monocorde, qui peine par moments à évoquer le moindre soupçon d'émotion. N'empêche qu'elle arrive à ses fins: nous tenir en haleine pendant qu'elle s'amuse habilement à entremêler les univers - la grandeur du père devant la faiblesse du fils, les paysans face aux médecins, la ville contre la campagne, avec tout ce que celle-ci comprend de superstitions, de traditions et de sombres croyances.

* * * 1/2

Trois saisons d'orage. Cécile Coulon. Viviane Hamy. 272 pages.

«Extrait : 

« Élise ne vivrait pas aux Trois-Gueules. Benedict demandait son père, elle n'avait pas le choix. Elle ne blâmait pas André ; elle reprochait aux Trois-Gueules d'être un endroit si étrange, si beau, si mystérieux qu'il retenait les hommes de sa vie comme une toile de pierre et de torrent, elle en voulait à la majesté de cette maison.

 - Il y a tout pour lui ici.

Le médecin se tourna vers la mère de son enfant. Il voyait son dos tendu contre la cuisinière. Ses mains sur l'anse de la bouilloire. Peut-être la chaleur lui permettait-elle de faire taire une douleur autre.

 - Laisse-le ici cette semaine, et nous verrons. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer