Critique

Peleliu: Sur les traces de la guerre ***

Peleliu de Jean Rolin... (PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR)

Agrandir

Peleliu de Jean Rolin

PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR

La PresseLaila Maalouf 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Intrigué par l'histoire de Peleliu, petite île de l'archipel des Palaos, au large de l'Asie, l'ancien grand reporter Jean Rolin y débarque début 2015, à l'instar des rares touristes attirés par ses fonds sous-marins et les souvenirs de guerre qu'elle recèle.

Le plus souvent en vélo, il explore des secteurs « particulièrement giboyeux, en fait de vestiges aéronautiques » - bunkers, débris militaires et épaves de moteurs d'avions datant des affrontements américano-japonais de la Seconde Guerre mondiale. Des plages du débarquement qui ont vu arriver les Marines aux grottes militarisées par les Japonais, ses observations nous transportent sur les traces d'une guerre qui a duré plus longtemps que prévu en raison de l'opiniâtreté de la résistance. Un court préambule historique précédant le récit de ses explorations nous situe vaguement quant aux principaux événements qui se sont joués dans la région. Mais il reste que mis à part quelques noms mythiques comme Bloody Nose Ridge et The Point, ainsi qu'un « jungle tour » comportant l'observation de restes humains, peu d'éléments parviennent à nous transmettre la fascination de l'auteur pour ce lieu qui l'a poussé à parcourir des milliers de kilomètres dans l'espoir de gravir un sentier plutôt méconnu de l'histoire. 

Peleliu

Jean Rolin

P.O.L.

160 pages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer