Cabine numéro 12: plaisir fugace ***

La PresseJosée Lapointe 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Jean-Paul Didierlaurent a connu un succès-surprise au printemps 2014 avec son premier roman, Le liseur du 6h27. Mais l'auteur s'était d'abord consacré à la nouvelle et avait même remporté plusieurs concours, dont deux fois le prix Hemingway.

Onze de ces textes, écrits avant Le liseur, sont réunis dans Cabine numéro 12. On y retrouve cette même écriture accessible, ce même sens de la formule que dans son roman - et même certains thèmes! - , mais avec un peu plus de piquant et de mordant.

Didierlaurent a du punch, sait saisir les moments-clés dans une vie, mais aussi les travers et obsessions de chaque personnage.

Un curé maniaque de Tetris, une fausse note mortelle, le dernier repas d'un tueur en série, un petit garçon qui est convaincu que son père a marché sur la Lune, les sujets sont divers et les tons, dramatiques ou humoristiques, varient.

Toutes les nouvelles ont la même précision et chaque univers, chaque personnage est très bien cerné. Si Didierlaurent ne bouscule pas et que le plaisir qu'il offre est fugace, il offre tout de même un divertissement de qualité. C'est déjà beaucoup.

* * *

Cabine numéro 12. Jean-Paul Didierlaurent. Édito, 159 pages.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer