Les bonheurs caducs: le bout du tunnel ***

La PresseJosée Lapointe 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josée Lapointe

Charmant roman que ces Bonheurs caducs, récit d'une descente au fond du baril qui fait étrangement du bien. Peut-être parce que le personnage principal, Rosemarie, perd tellement le contrôle sur sa vie que ça en est drôle, et que sa manière de s'en sortir - toute seule, sans compter sur un prince charmant rêvé - est originale.

L'histoire de cette jeune trentenaire qui traîne une vieille peine d'amour, en bave au bureau, est en froid avec sa famille et ses amies, et qui s'enferme un été dans son appartement en buvant beaucoup et en mangeant peu, est menée avec beaucoup de doigté et d'humour par Élyse-Andrée Héroux.

Pour son premier roman, elle a trouvé un ton juste et jamais larmoyant, et une manière d'écrire en inversant des bouts de phrases - «Sur le trottoir les passants déambulaient» - qui peut accrocher a priori, mais qui lui donne aussi un petit je-ne-sais-quoi de suranné.

Un décalage qui va très bien avec l'état d'esprit de Rosemarie, qui découvrira que même les gens qui semblent équilibrés ont des failles.

On referme le bouquin en souhaitant bonne chance à cette héroïne attachante qui, au bout du tunnel, fait enfin ses premiers pas dans l'âge adulte.

* * *

Les bonheurs caducs. Élyse-Andrée Héroux. Québec Amérique. 382 pages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer