La maison des épices: raconté avec pudeur ***

La PresseCécile Amara 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Cécile Amara
La Presse

La folie et l'identité sont au coeur du premier roman de Nafissatou Dia Diouf. La Maison des épices n'a néanmoins rien du roman à thèse: l'écrivaine sénégalaise raconte avec pudeur la vulnérabilité des êtres au travers de personnages généreux et attachants.

Juchée sur une falaise sur la pointe occidentale de l'Afrique, la Maison des épices est un ancien comptoir colonial transformé en refuge médical prêt à accueillir les naufragés de la vie.

Dans cet établissement non conventionnel, les médecins diplômés côtoient les guérisseurs aux savoirs ancestraux. C'est dans ce havre, où le calme environnant contraste avec le vacarme intérieur des pensionnaires, qu'est transféré un homme amnésique d'une vingtaine d'années.

«Louis» n'a ni mémoire ni histoire. Son surnom, il le doit à la proximité du pronom «lui». Son médecin traitant est étrangement déterminé à le guérir, mais c'est moins grâce à la science et aux rituels magiques qu'à l'amitié avec Colonel, un vieil original trop futé pour avoir perdu la raison, que Louis parviendra à s'échapper de l'univers dans lequel il s'est emmuré.

Et accepter les réminiscences indésirables de son enfance comme autant de jalons sur le difficile chemin vers soi.

* * *

La maison des épices. Nafissatou Dia Diouf. Mémoire d'encrier, 312 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer