Lettre à Justine: finesse et sobriété ***1/2

La PresseMarie-Christine Blais 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Christine Blais
La Presse

Une peur démesurée, un amour démesuré, un déni démesuré: ces thèmes extrêmes, c'est pourtant avec finesse et sobriété que Danielle Pouliot les raconte dans Lettre à Justine, son troisième ouvrage de fiction.

Car ce n'est pas tout de décrire une phobie et ses conséquences: encore faut-il en faire ressentir au lecteur toute la charge de désarroi quotidien, et c'est ce que Danielle Pouliot réussit avec son personnage d'Olivier, jeune homme qui a une peur maladive de l'eau.

Mais aussi peur d'une certaine réalité. Confronté à une peine d'amour trop grande pour lui, conservant un frêle équilibre grâce à son emploi dans une modeste boutique d'épices, Olivier soliloque en quête de sa Justine en allée, de Montréal à Rivière-Éternité, entre aromates et délire.

Avec ses accents parfois poétiques, parfois tragiques, ce court roman parvient à éviter le piège du pathétique et se lit... comme une lettre.

* * * 1/2

Lettre à Justine, Danielle Pouliot, Art global, 126 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer