2012-12-06 11:13:00.000

Les ombres grandissent au crépuscule : lucide et poétique ***1/2

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partager

Sur le même thème

 

Sonia Sarfati
La Presse

Il y a de la poésie dans le titre. Il y en a autant dans le roman. Les ombres grandissent au crépuscule de Henning Mankell s'adresse, comme beaucoup des titres de la collection du Seuil destinée aux jeunes adultes, à ceux qui aiment les beaux textes.

Plus encore s'ils sont curieux du monde tel que vu à travers les yeux d'un enfant. Le créateur de l'inspecteur Wallander nous entraîne ici dans un village suédois et nous présente Joël. Il aura bientôt 12 ans et vit seul avec son père.

Train-train quotidien jusqu'au jour où un autobus renverse le garçon, qui s'en sort sans une égratignure! Joël se persuade alors que ce miracle a un prix et que ce prix, c'est une bonne action. Laquelle? Il hésite un peu, puis se rend à l'évidence: il va trouver un mari à son amie Gertrude - dite la Femme sans nez.

Pas une figure de style, mais plutôt une opération ratée. C'est avec un regard à la fois décalé et lucide, poétique et terre-à-terre, qu'Henning Mankell raconte cette histoire simple, sans grands rebondissements, mais tendre et riche en humanité.

___________________________________________________________________________

* * * 1/2

Les ombres grandissent au crépuscule. Henning Mankell. Seuil, 267 pages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer