Marcello Di Cintio: l'impuissance des murs

Un monde enclavé... (Photo fournie par Lux)

Agrandir

Un monde enclavé

Photo fournie par Lux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans son essai Un monde enclavé, Marcello Di Cintio démontre l'absurdité et les blessures causées par les murs érigés un peu partout sur la planète, qui sont tous, en quelque sorte, des aveux de défaite.

C'est parce qu'il est canadien que Marcello Di Cintio croit avoir développé une fascination pour les murs.

«En fait, je m'interrogeais plutôt au sujet des individus eux-mêmes, ceux qui sont forcés de vivre intimement avec ces murs, écrit-il. Je n'arrivais pas à comprendre, "personnellement", ce que le fait d'être emmuré signifiait. Je viens du Canada, un pays bordé seulement par l'océan sur trois de ses extrémités et, sur sa quatrième, par la plus longue frontière non clôturée au monde. Lorsque les Canadiens disent de cette frontière qu'elle n'est pas défendue, c'est avec fierté.»

Cela a été écrit avant que les politiques de Trump, obsédé par la construction de son mur au Mexique, ne provoquent une importante arrivée de migrants à la frontière canadienne, ce qui a relancé le débat sur sa porosité et leur accueil.

Une autre source de fierté, la chute du mur de Berlin en 1989, n'a pas mené aujourd'hui à un monde moins enclavé. Depuis une dizaine d'années, c'est même tout le contraire, note Marcello Di Cintio.

«Ces murs physiques, qui se font de plus en plus nombreux, donnent une impression de retour à l'Antiquité. Après tout, les murs sont aujourd'hui censés tomber, surtout dans un monde où l'on nous parle constamment de mondialisation, de libre-échange et de village planétaire. [...]

«Or, malgré tout, les murs continuent de s'élever, morcelant le monde en cellules toujours plus petites et plus faciles à défendre, mais qui nous isolent les uns des autres. Les murs, en fait, ne constituent peut-être pas tant l'anathème de ce monde sans frontières qu'une réaction naturelle à celui-ci. Un tel flou nous rend mal à l'aise, si bien que nous ressentons le besoin de maîtriser tout ce qu'il est possible de maîtriser.»

«Nous répondons à l'incertitude économique et électronique avec la géométrie simple des briques, des barbelés et de l'acier.»

«L'aveu de nos défaites»

Pour écrire cet essai, qui a reçu en 2012 le prix canadien Shaughnessy Cohen de l'essai politique, Marcello Di Cintio, qui est journaliste indépendant, a parcouru la planète afin de découvrir «les sociétés qui ont créé ces murs», mais surtout, «les sociétés que ces murs avaient créées». 

Dans ce livre très humain, nous allons à la rencontre des gens à l'ombre des murs. Di Cintio nous transporte avec lui au Sahara occidental, en Palestine, en Irlande, au Mexique, au Bangladesh, à Chypre et même à Montréal, pour décrire la clôture du boulevard de l'Acadie, qui sépare les riches des pauvres. En vain, parce qu'«à Belfast comme à Montréal, on définissait ses ennemis selon le côté du mur où ils habitaient. Les barrières des interfaces et la clôture de l'Acadie affranchissaient tout le monde du besoin de vendettas personnelles. La géographie engendrait à elle seule les rivalités. Se trouver un ennemi était facile: il suffisait de dénicher un enfant qui venait de l'autre côté du mur».

Car c'est bien cela le problème: les murs sont la plupart du temps inutiles, ils n'empêchent pas les désespérés de ce monde de les franchir, ni les pays de se bombarder, ils ne contiennent pas la haine, mais l'alimentent, leur existence tient bien plus de l'insulte ou d'une affirmation ostentatoire d'un besoin de protection qui révèle les faiblesses de nos sociétés plutôt que leurs forces. Sans oublier que leur présence est une provocation permanente qui appelle un désir de transgression, voire de destruction - ainsi que des graffitis et des oeuvres murales à la hauteur de l'offense. Pour Di Cintio, «les murs sont l'aveu de nos défaites. Nous érigeons des murs tout de suite après avoir baissé les bras».

À juste titre, Marcello Di Cintio souligne que ces «constructions à la fois humaines et inhumaines sont notre compulsion. Les murs sont notre maladie chronique». Mais il ajoute aussi: «Le désir de détruire les barrières est plus grand que celui de les construire. Nous ne pouvons pas nous empêcher de subvertir les murs. Ce n'est pas le cruel désir d'emmurer qui finit par gagner, mais bien le besoin de les briser. [...] Les murs continueront de s'ériger, et nous continuerons de les détruire.»

* * * *

Un monde enclavé. Marcello Di Cintio. Lux. 433 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer