Idola Saint-Jean: portrait d'une féministe en avance sur son temps

Michèle Stanton-Jean (à gauche) et Marie Lavigne ont... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Michèle Stanton-Jean (à gauche) et Marie Lavigne ont écrit une biographie de la militante féministe Idola Saint-Jean.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le hasard fait bien les choses: la biographie d'Idola Saint-Jean paraît au moment où Montréal élit sa première mairesse en 375 ans. Or, cette militante féministe a consacré sa vie à défendre les droits des femmes et à lutter pour leur droit de vote. Femme de tête, journaliste et enseignante, elle gagne à être connue. Ses biographes, Marie Lavigne et Michèle Stanton-Jean, nous disent pourquoi.

Elle a consacré sa vie à lutter au nom des femmes

«Le droit de vote des femmes, c'est le combat de sa vie, même si elle s'y est attelée alors qu'elle était déjà dans la quarantaine, souligne Marie Lavigne, coauteure d'Idola Saint-Jean, l'insoumise, paru aux éditions du Boréal. Pour elle, le fait que les femmes ne puissent pas voter est un élément de révolte. Lorsqu'elle prononce des conférences à travers le pays, elle découvre que beaucoup de femmes souhaitent voter alors qu'on disait qu'il n'y avait personne. Les femmes peuvent voter dans toutes les provinces sauf au Québec et dans les Territoires du Nord-Ouest. On pensait que ce serait une formalité lorsqu'il a été accordé au fédéral en 1921, mais non, ça ne se passe pas comme ça. Il faudra attendre 19 ans.»

«Elle parlait d'aristocratie des sexes, note Michèle Stanton-Jean. Sa logique et son analyse m'ont beaucoup impressionnée. Elle disait: "Pourquoi je peux faire un x au fédéral et que j'en suis incapable au Québec?" Son mantra était toujours le même: si la moitié de l'humanité n'a pas le droit de vote, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Son argumentaire était tellement bien articulé. Quand je l'ai lue la première fois, je me suis dit: "Elle sort d'où, elle?"»

Elle avait des idées modernes pour son époque

Si Idola Saint-Jean vivait aujourd'hui, elle ne se sentirait pas étrangère au sein d'un groupe de blogueuses féministes. Travailleuse autonome, comédienne, elle enseignait le français à l'Université McGill et la diction au Monument-National. Elle a ouvert une librairie itinérante (un «pop-up store»!), rue Sainte-Catherine, où elle vendait des ouvrages féministes. Très impliquée dans la défense des droits des femmes - elle voulait qu'elles jouissent des mêmes droits juridiques que les hommes -, elle a eu l'idée d'une clinique juridique qui fait penser à l'organisme Juripop. Sur le plan personnel, Idola Saint-Jean est restée célibataire toute sa vie. 

«À l'époque, souligne Marie Lavigne, les célibataires étaient rares. Tu étais religieuse ou tu habitais avec tes parents. Idola ne s'est pas mariée sans doute parce qu'elle a été témoin de l'impuissance de sa mère à la mort de son père. Vu la situation juridique des femmes mariées, elle a sans doute voulu rester célibataire.» 

Idola Saint-Jean était également une femme de carrière.

«À l'époque, quand une femme travaillait, c'était en usine ou comme domestique. Seulement 10 % des femmes sur le marché du travail étaient des professionnelles», précise Marie Lavigne.

Sa conception du féminisme aussi était moderne. «À la fin du XIXe siècle, souligne Michèle Stanton-Jean, on est féministe pour faire de l'action sociale, pour réaliser d'autres causes. Le féminisme d'Idola Saint-Jean, lui, est égalitaire. Elle disait: "Nous sommes féministes pour une simple raison: nous voulons être reconnues comme humains à part entière."»

Jusqu'ici, on savait bien peu de choses sur elle

Les deux historiennes ont pu constater qu'il y avait très peu d'archives sur Idola Saint-Jean. Fille d'avocat, elle avait étudié au collège Villa-Maria, puis avait suivi des cours de théâtre en France. «Elle n'a laissé ni journal personnel ni correspondance, note Michèle Stanton-Jean. On a trouvé des lettres qui lui sont adressées, mais on n'a pas ses réponses. Comme elle était fille unique et célibataire, il n'y a pas eu de descendant pour faire le lien.»

Idola Saint-Jean, l'insoumise... (Photo fournie Les Éditions du Boréal) - image 2.0

Agrandir

Idola Saint-Jean, l'insoumise

Photo fournie Les Éditions du Boréal

«Idola est morte en 1945, après la guerre, ajoute Marie Lavigne. On connaît davantage Thérèse Casgrain, qui a vécu 30 ans de plus et qui est morte plus récemment. En fait, on a eu l'immense chance que les archives soient numérisées. On a trouvé plusieurs documents sur Idola dans le fonds de la Ligue des droits des femmes.»

C'était une pionnière des médias

Des décennies avant Lise Payette et Lizette Gervais, Idola Saint-Jean est présente dans les médias, où elle discute de condition féminine et de féminisme. Elle a sa propre émission de radio à CKAC et elle n'est pas là pour parler chiffons. Elle présente plutôt des entrevues et s'intéresse à la politique. 

«En 1922, elle prononce un discours pour dire aux femmes d'aller voter, souligne Marie Lavigne. À cette époque, le Québec n'est pas si univoque. Il y a quand même une grande liberté dans le milieu artistique et sur les ondes. Le clergé ne sait pas encore qu'il peut contrôler les médias.» 

En plus de la radio, Idola Saint-Jean signe une chronique bilingue dans les pages du Montreal Herald. Elle ne parle pas de cuisine ou de sujets domestiques et sa chronique s'adresse «à la femme qui travaille». 

«L'écriture et la parole sont les premiers secteurs de développement professionnel où les femmes ont pu faire leur marque», explique Marie Lavigne.

Elle était insoumise

Pourquoi avoir qualifié Idola Saint-Jean d'insoumise? «Parce qu'elle se permettait de réfléchir et n'acceptait pas le discours du pouvoir établi, répond Marie Lavigne. Elle remettait les choses en question.»

«Elle disait que les femmes étaient des esclaves, elle allait loin ! renchérit Michèle Stanton-Jean. Elle est allée au front pour aider les femmes, mais aussi les jeunes délinquants et les immigrants. Elle a également travaillé sur des enjeux internationaux. Elle insistait beaucoup sur l'importance d'être inclusif.»

«Idola Saint-Jean avait une grande capacité de rester fixée sur ses objectifs, conclut Marie Lavigne. Elle n'usait pas de flatteries ou de compromis stratégique pour obtenir ce qu'elle voulait. Elle disait: "On va l'obtenir parce que c'est juste."»

_____________________________________________________________________________

Idola Saint-Jean, l'insoumise. Marie Lavigne et Michèle Stanton-Jean. Boréal. 384 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer