Julie Rocheleau: le burlesque rédempteur

Maintenant que Betty Boob a été lancé - après deux ans... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Maintenant que Betty Boob a été lancé - après deux ans de travail ! -, Julie Rocheleau planche sur un nouvel album scénarisé par Sophie Bienvenu, qui sera publié l'an prochain à La Pastèque.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elle s'est fait connaître grâce à la série Fantômas, qu'elle a créée avec Olivier Bocquet pour la maison Dargaud. La dessinatrice montréalaise Julie Rocheleau continue de jouer dans la cour des grands avec un fabuleux album muet qu'elle vient de publier chez Casterman. La Presse l'a rencontrée dans son quartier, Rosemont.

Julie Rocheleau se souvient du grand vertige qu'elle a ressenti lorsqu'elle a été contactée par Dargaud pour travailler sur la série La colère de Fantômas, basée sur les romans de gare des années 1910, qui mettait en vedette le vilain Fantômas, meurtrier et voleur d'identité.

«On m'avait jumelée au scénariste français Olivier Bocquet, qui en était lui aussi à sa première bédé», se rappelle-t-elle. Deux novices jetés à l'eau... «La première année et demie, on a correspondu par courriel, on a fait le premier tome sans se voir. Je ne savais même pas de quoi il avait l'air! C'est un album qui a gagné plusieurs prix et qui se vend toujours très bien.»

Au cours de cette collaboration qui s'est étalée sur une période de trois ans, la dessinatrice s'est liée d'amitié avec la copine d'Olivier Bocquet, Vero Cazot, également scénariste. C'est elle qui l'a «embarquée» dans le projet de Betty Boob, qui vient d'être publié chez Casterman. Un album muet minutieusement scénarisé, qui se «lit» avec délectation.

Le point de départ: Élisabeth B. a un cancer du sein, qui se résout (en partie) par une mastectomie. Mais la jeune femme, qui travaille comme vendeuse dans une boutique de luxe, peine à reprendre sa vie là où elle l'a laissée. D'abord, son amoureux ne parvient pas à passer par-dessus sa «condition». Puis sa patronne, qui remarque le dénivelé de sa poitrine, la congédie.

L'humour qui déstabilise

«J'aime beaucoup l'univers de Vero, nous dit Julie Rocheleau. Au début du projet de Betty Boob, j'étais enthousiaste, mais je ne comprenais pas trop. Parce que c'est une bédé qui parle de choses très tristes et dramatiques, mais avec un humour slapstick burlesque déstabilisant. Il a fallu que je trouve un équilibre entre les deux dans mes dessins.»

On en a pour preuve cette scène hilarante où Betty court après sa perruque qui part au vent - sur plusieurs planches. Du Buster Keaton pur jus!

«Le cancer de Betty est un prétexte, insiste la dessinatrice. C'est une bédé qui nous dit surtout qu'il faut arrêter de s'excuser d'avoir un corps différent. D'arrêter de parler DU corps de la femme.»

«Betty s'est fait enlever un sein, mais elle en fait quelque chose de beau, et elle finit par célébrer ce corps différent. C'est ça, le sujet de Betty Boob

Impossible d'y échapper, cette joie de vivre traverse chacune des planches de l'album qu'elle a elle-même colorié.

Betty Boob ... (IMAGE FOURNIE PAR CASTERMAN) - image 2.0

Agrandir

Betty Boob

IMAGE FOURNIE PAR CASTERMAN

Le défi de faire une bédé muette était grand, convient Julie Rocheleau. «Vero a eu envie de se lancer là-dedans après avoir vu l'album Un océan d'amour [de Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione]. Moi, j'aimais beaucoup cette idée. J'avais fait des films d'animation muets. Quand elle m'a demandé si je voulais faire un album sans dialogues, j'ai dit que oui!»

Immersion burlesque

La quête de Betty prend tout son sens lorsqu'elle commence à travailler avec des effeuilleuses de la scène burlesque. C'est là qu'elle sera acceptée et qu'elle s'acceptera comme elle est. «C'est vrai que contrairement à ce que les gens pensent, il y a une variété incroyable de corps dans les spectacles burlesques. C'est un milieu très ouvert et inclusif.»

Qu'est-ce qui relève de la réalité? Qu'est-ce qui relève du rêve? Le tandem Cazot-Rocheleau a opté pour la ligne brouillée.

«Il y a un univers complètement fou, qui pourrait se passer dans la tête de Betty Boob ou non», nous dit Julie Rocheleau, qui a fait ses débuts en dessin animé et qui s'est aussi inspirée du personnage de Betty Boop dans le cartoon du même nom, qui a fait les beaux jours des années 30. Dans une scène surréaliste, Betty se trouve dans une boutique de prothèses mammaires... qui se fait cambrioler!

«C'est une scène qui est un peu un clin d'oeil à Fantômas», nous dit Julie Rocheleau, qui a véritablement trouvé son style en bédé avec cette série. Sa ligne fuyante - «il y a clairement un côté nerveux dans mon dessin», avoue-t-elle - et son découpage cinématographique - sans doute hérité de ses story-boards en cinéma - créent un dessin extrêmement dynamique.

Travail avec La Pastèque

Maintenant que Betty Boob a été lancé - après deux ans de travail! -, Julie Rocheleau planche sur un nouvel album scénarisé par Sophie Bienvenu (Et au pire, on se mariera), qui sera publié l'an prochain à La Pastèque. Une nouvelle qui se passe à Longueuil et qui traite d'une relation père-fils, nous dit simplement la jeune femme. Il faudra attendre pour en savoir plus...

La dessinatrice en sera à sa deuxième collaboration avec La Pastèque. Il y a deux ans, elle avait adapté le roman de Claude Jasmin La Petite Patrie.

Ce projet avec Sophie Bienvenu l'enthousiasme. «Il y a un beau défi pour adapter cette nouvelle en bédé, tout est nouveau et tout est à faire, nous dit-elle. Mais j'aime beaucoup ses dialogues caustiques et son humour. Je dois encore trouver le style graphique de cet album, mais c'est très emballant, nous dit Julie Rocheleau. Après avoir beaucoup travaillé en France, je suis contente d'embarquer dans ce projet 100 % québécois.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer