Le festival de la BD d'Angoulême veut faire oublier l'édition 2016

Un obélisque en l'honneur de René Goscinny, le... (PHOTO AFP)

Agrandir

Un obélisque en l'honneur de René Goscinny, le génial scénariste disparu il y a juste 40 ans mais jamais honoré à Angoulême, doit être inauguré sur le parvis de la gare. Haut d'environ six mètres et pesant sept tonnes, ce monument est truffé de citations et formules inventées par Goscinny dont le célèbre: «Ils sont fous ces Romains», antienne des aventures d'Asterix et Obelix.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Jean-Robert
Agence France-Presse
Paris

À Angoulême, on ne parlera que de bande dessinée, ont promis les organisateurs du 44e festival international de la BD qui débute jeudi, après une édition 2016 calamiteuse marquée par des accusations de sexisme et des menaces de boycott.

Cette année, le grand jury qui décernera samedi soir le Fauve d'or du meilleur album de bande dessinée comprend trois hommes et quatre femmes, dont la présidente britannique Posy Simmonds, 71 ans, qui est considérée comme une des maîtres du roman graphique, avec notamment Gemma Bovery ou Tamara Drewe.

Contrairement à l'an dernier où la sélection initiale ne comportait aucune oeuvre réalisée par une femme, de nombreuses auteures, dont Catherine Meurisse (La légèreté, Dargaud) ou la Sud-Coréenne Ancco (Mauvaises filles, Cornélius) figurent cette année dans la sélection officielle.

On trouve aussi dans le programme des conférences une session sur le thème «Les femmes dans la bande dessinée».

Parmi les dix finalistes en lice pour le Fauve d'or, des auteurs chevronnés comme Martin Veyron (Ce qu'il faut de terre à l'homme, Dargaud), Emmanuel Guibert (Martha & Alan, d'après les souvenirs d'Alan Ingram Cope, L'Association), Daniel Clowes (Patience, Cornélius).

On compte également de nouveaux talents dont Mathieu Bablet (Shangri-La, Ankama) ou Éric Lambé et Philippe de Pierpont (Paysage après la bataille, Actes Sud/Fremok).

Le manga est représenté par le japonais Minetarô Mochizuki (Chiisakobé, tome 4, Le Lézard noir).

Au total, 66 albums de tous genres sont en lice pour les différents prix du festival.

Hommage à Goscinny

Le grand prix de la ville d'Angoulême qui sera décerné mercredi soir se joue entre trois auteurs: le Suisse Cosey, le Français Manu Larcenet et l'Américain Chris Ware. Le lauréat présidera la prochaine édition du festival en 2018.

Parmi les invités de marque, le Chinois Rao Pingru, 95 ans, qui vient de publier Notre histoire (Seuil), magnifique ouvrage hybride entre roman et BD.

Un obélisque en l'honneur de René Goscinny, le génial scénariste disparu il y a juste 40 ans mais jamais honoré à Angoulême, doit être inauguré sur le parvis de la gare. Haut d'environ six mètres et pesant sept tonnes, ce monument est truffé de citations et formules inventées par Goscinny dont le célèbre: «Ils sont fous ces Romains», antienne des aventures d'Asterix et Obelix.

Trois autres anniversaires seront également fêtés cette année: les 50 ans de la série Valérian et Laureline de Christin et Mézières (avant la sortie en juillet d'un film de Luc Besson), le 100e anniversaire de Will Eisner, créateur du Spirit, ancêtre des superhéros de BD, et les 60 ans de Gaston Lagaffe.

Plusieurs expositions sont également à l'affiche, dont une grande rétrospective consacrée à l'oeuvre du Belge Hermann, 78 ans, grand prix de la ville d'Angoulême l'an dernier et qui a réalisé, au cours de ses 50 ans de carrière, quelque 136 albums dont les séries Comanche et Jeremiah.

La bande dessinée reste une manne pour les éditeurs en France, avec quelque 5000 nouveautés et nouvelles éditions publiées en 2016.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer