Quel livre a marqué nos politiciens?

Vingt mille lieues sous les mers, de Jules... (IMAGE FOURNIE PAR L'ÉDITEUR)

Agrandir

Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne

IMAGE FOURNIE PAR L'ÉDITEUR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Larry Tremblay nous a lancé un défi: réaliser l'un de ses fantasmes d'écrivain en posant aux politiciens la question «si vous étiez un livre, lequel seriez-vous?» Attention: notre directeur invité ne veut pas connaître le plus récent livre que nos femmes et hommes politiques ont lu, mais plutôt l'oeuvre qui les a marqués et qui les définit. S'il a parfois été ardu de les convaincre de se prêter au jeu, ceux qui l'ont fait nous livrent des témoignages authentiques.

PROVINCIAL

Philippe Couillard

Fonctions: premier ministre du Québec, chef du Parti libéral du Québec, député de la circonscription de Roberval

Le livre qu'il a choisi: Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne

Explications: «J'ai eu la chance de grandir dans une famille qui valorisait la culture, la curiosité et la lecture. Durant mon enfance, mes parents me faisaient chaque Noël un cadeau magnifique : un roman de Jules Verne. Encore aujourd'hui, je ressens l'émerveillement de découvrir le Nautilus et son capitaine, le mystérieux Nemo. J'étais à bord avec lui, Ned Land le harponneur de Québec et ses deux hôtes involontaires, le savant Pierre Aronnax et son domestique Conseil. Navire électrique, sorties en plongée et longues descriptions de la faune marine ont nourri mon imaginaire et m'ont donné le goût - encore bien présent - d'apprendre, de comprendre notre monde. Plus tard, je me suis davantage intéressé à Nemo: pourquoi s'est-il retiré du monde? Pourquoi cette rancune tenace envers «une nation perfide»? Autant qu'un livre d'aventures, le roman est un miroir de l'histoire du XIXsiècle. Celui que je préfère, un siècle de découvertes, de confiance illimitée en la technologie comme vecteur de progrès et de liberté... Vraiment ? À relire en 2016, à tout âge!»

Sylvain Gaudreault

Fonctions: chef de l'opposition officielle, chef par intérim du Parti québécois, député de la circonscription de Jonquière

Le livre qu'il a choisi: Le Lotus bleu, d'Hergé

Explications: «Avec cet album, Hergé fait preuve de rigueur documentaire qui marquera le reste de son oeuvre et il ouvre les esprits sur la différence. Il présente un Tintin loyal en amitié, épris de justice, respectueux et sensible. Enfant, Tintin a contribué puissamment à m'ouvrir au monde, à comprendre les enjeux sociaux et à m'inciter à lire davantage.»

François Legault

Fonctions: chef du deuxième groupe d'opposition, chef de la Coalition avenir Québec, député de la circonscription de L'Assomption

Le livre qu'il a choisi: Quand le jugement fout le camp, de Jacques Grand'Maison

Explications: «C'était en 2000. J'étais ministre de l'Éducation et Lucien Bouchard m'avait demandé d'organiser le Sommet du Québec et de la jeunesse. Je suis tombé sur ce livre extraordinaire de Jacques Grand'Maison. L'auteur est un témoin de l'évolution de la société québécoise. Dans ce livre paru en 1999, il critique la logique juridique qui consiste à ne parler que de droits et presque jamais de devoirs. Il nous rappelle que toute société se fonde sur des valeurs. Des valeurs qu'il faut savoir défendre et transmettre. L'auteur souhaite que notre société ramène le jugement et la conscience. C'est un livre qui m'a beaucoup marqué.»

Manon Massé

Fonctions: députée de la circonscription de Sainte-Marie - Saint-Jacques, membre de Québec solidaire

Le livre qu'elle a choisi: Manifeste Assi, de Natasha Kanapé Fontaine

Explications: «Avec sa parole de femme, de combattante, Natacha Kanapé Fontaine lance un véritable cri du coeur pour la planète Terre, notre mère nourricière. Je me sens investie de la même passion que cette jeune autochtone pour notre terre et ses habitants. Avec sa prose revendicatrice, elle nous rappelle l'urgence d'agir, mais aussi que la terre de paix et de nature dont nous rêvons est possible. Rien ne parle aussi franchement, aussi honnêtement que la poésie. On a besoin de revendications, de marches, de combats, mais aussi de beau pour réveiller la conscience collective.»

L'énigme du retour, de Dany Laferrière... (IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR) - image 2.0

Agrandir

L'énigme du retour, de Dany Laferrière

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

FÉDÉRAL

Mélanie Joly

Fonctions: ministre du Patrimoine canadien, députée de la circonscription d'Ahuntsic-Cartierville, membre du Parti libéral du Canada

Le livre qu'elle a choisi: L'énigme du retour, de Dany Laferrière

Explications: «Les questions liées à l'identité m'interpellent et me fascinent. La quête de Dany Laferrière est personnelle autant qu'universelle - nous passons notre vie à tenter de figer un concept qui se veut évolutif. Un parcours plein d'humilité dont un de nos grands auteurs nous fait le récit et qui, dans ma vie politique, a nourri ma réflexion sur l'addition de ces identités qui nous transforment.»

Rona Ambrose

Fonctions: chef de l'opposition officielle, chef par intérim du Parti conservateur du Canada, députée de la circonscription de Sturgeon River-Parkland, en Alberta

Le livre qu'elle a choisi: Atlas Shrugged (La Grève), d'Ayn Rand

Explications: «J'ai fait la lecture de ce roman quand j'avais 13 ans. Le roman a eu un profond impact sur ma vie. Rand énonce clairement l'effet et les échecs dommageables de la coercition de l'État sur la liberté individuelle. Parallèlement, elle m'a inspirée en exprimant et plaidant pour la raison, l'individualisme et la liberté dans tous les aspects de la vie. Dans ma vie de tous les jours, je m'efforce de me rappeler la valeur et la vertu de la liberté individuelle.»

Elizabeth May

Fonctions: chef du Parti vert du Canada, députée de la circonscription de Saanich-Gulf Islands, en Colombie-Britannique

Le livre qu'elle a choisi: The Chronicles of Narnia, de C.S. Lewis

Explications: «Il est pour moi très difficile de choisir un livre préféré. Dans ma jeunesse, mes livres préférés étaient comme de vieux amis. J'en prenais grand soin. Mais si je dois n'en choisir qu'un, celui que je retiendrais le plus est la série de livres Narnia, de C.S. Lewis. Cette série a résisté à l'épreuve du temps, car même si ce sont à la base des contes pour enfants, ce sont aussi des romans pour adultes. Narnia est un retour à l'enfance et m'a permis de m'évader dans un monde imaginaire, étant petite, en alliant magie et animaux qui parlent. Tout ce qu'un enfant désire se retrouve dans cette série. Au-delà de ça, Narnia défend une certaine justice dans le monde imaginaire et met de l'avant le don de soi. C'est pourquoi, je pense, je me suis rapidement identifiée à ce livre étant petite.»

Dark Money, de Jane Mayer... (IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR) - image 3.0

Agrandir

Dark Money, de Jane Mayer

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

MUNICIPAL

Régis Labeaume

Fonctions: maire de Québec

Le livre qu'il a choisi: Dark Money, de Jane Mayer

Explications: «J'ai pris ça un peu à l'envers. J'ai choisi le livre qui me choque dans toutes mes valeurs et que je ne serai absolument pas. Dark Money est un essai sur l'argent des grandes entreprises qui financent les super pacs aux États-Unis. C'est la quintessence qui illustre bien ce que dit Bernie Sanders : les entreprises privées peuvent investir tout l'argent qu'elles veulent pour influencer la démocratie. Ça fait lever le coeur et ça déprime. Le résultat, c'est que la démocratie n'est plus entre les mains des citoyens, elle est entre les mains de la finance, mais vraiment d'aplomb.»

Luc Ferrandez

Fonctions: chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Montréal, chef par intérim de Projet Montréal, maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal

Le livre qu'il a choisi: Poland, de James A. Michener

Explications: «Ce livre raconte le destin d'un peuple à travers sa géographie, son territoire, son climat et sa langue. Il y a un destin qui marque la Pologne depuis des siècles. Quels que soient les changements de régimes, de technologies ou de civilisations, ce destin reste le même, celui d'être pris entre la Russie et l'Allemagne aux portes de l'Europe. Le territoire marque le destin des peuples, mais aussi la personnalité des familles et des citoyens. Ça influence la personnalité des individus. Ce lien entre l'individu, le pays et le territoire a marqué ma réflexion. On a tout le temps l'impression qu'on est maître de notre propre destin, mais en fait, on est marqué par notre territoire.»

Caroline St-Hilaire

Fonctions: mairesse de Longueuil

Le livre qu'elle a choisi: La rage au coeur, d'Ingrid Bétancourt

Explications: «Ce livre a influencé ma vie personnelle et politique, d'Ottawa jusqu'à Longueuil. D'une motion proposée en Chambre des communes qui aura permis une mobilisation internationale pour sa libération jusqu'à son passage à Longueuil, où elle devenue citoyenne d'honneur, Ingrid Bétancourt reflète le symbole de la femme de conviction dont on devrait tous s'inspirer.»

Commentaire de Larry Tremblay

S'identifier à un livre est un formidable exercice qui nous révèle à nous-mêmes. Il cerne nos valeurs, nos désirs, nos combats. Il nous rappelle les aspirations qui, dès l'enfance ou l'adolescence, ont orienté nos pensées, nos choix politiques, nos comportements envers nos semblables. Pas étonnant que les livres choisis par ces femmes et ces hommes politiques parlent d'identité, de justice, de liberté, d'urgence d'agir, du destin des peuples. Dommage que parfois la vie nous amène à les oublier. Oui, relisons les livres qui nous ont ouverts au monde et à sa compréhension.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer