Booker Prize: deux Canadiens en lice

David Szalay... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

David Szalay

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Deux écrivains nés au Canada font partie de la liste des finalistes au Prix Booker de littérature de langue anglaise qui sera octroyé le 25 octobre prochain, à Londres.

Il s'agit de David Szalay, qui est né à Montréal en 1974 mais qui a déménagé en Europe l'année suivante; il vit maintenant en Hongrie. Il est en lice pour son oeuvre intitulée All That Man Is publiée chez McClelland & Stewart.

L'autre est Madeleine Thien, originaire de Vancouver, pour Do Not Say We Have Nothing chez Knopf Canada.

L'Américaine Ottessa Moshfegh, pour son premier roman Eileen, figure également parmi les six finalistes de l'édition 2016. Ce roman, publié en janvier en France aux éditions Fayard, relate les souvenirs d'une vieille femme qui se remémore, avec un cynisme minutieux, la semaine qui a fait basculer sa vie.

Les autres finalistes sont l'Américain Paul Beatty pour The Sellout et les Britanniques Deborah Levy pour Hot Milk et Graeme Macrae Burnet pour His Bloody Project.

Le Man Booker Prize, qui sera décerné au meilleur roman original en langue anglaise le 25 octobre, est un des prix littéraires les plus prestigieux au monde, qui garantit au gagnant une explosion des ventes et un lectorat mondial.

En 2015, Marlon James avait été le premier auteur jamaïcain à le remporter pour A Brief History of Seven Killings, publié en août en France aux Éditions Albin Michel), un roman inspiré de faits réels qui décrit comment Bob Marley et son équipe se sont fait attaquer juste avant un concert en 1976.

Le prix est ouvert depuis 2014 aux auteurs issus de l'ensemble du monde anglophone, alors qu'il était jusqu'en 2013 réservé aux romanciers britanniques, irlandais et aux ressortissants du Commonwealth.

Mais les romans doivent toujours impérativement être publiés en Grande-Bretagne pour être éligibles.

En mai, l'auteure sud-coréenne Han Kang a quant à elle remporté le Man Booker Prize International, pour son roman The Vegetarian, qui relate la volonté d'une femme de «devenir une plante pour se sauver du côté obscur de l'être humain».

Le Man Booker Prize International récompense un ouvrage étranger traduit en anglais et publié au Royaume-Uni et est doté d'une récompense qui équivaut à 87 000 $ CAN.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer