Les dicos de la rentrée

La rentrée scolaire reste traditionnellement le moment où les grandes maisons... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rudy Le Cours
Rudy Le Cours
La Presse

La rentrée scolaire reste traditionnellement le moment où les grandes maisons de dictionnaires réalisent leurs meilleures ventes avec aussi, il est vrai, une pointe dans le temps des Fêtes. Les plus récentes moutures des maisons Larousse et Robert qui dominent le marché sont en magasin depuis l'été. En déclin, le Hachette, qui appartient au même groupe d'édition que le Larousse, doit arriver sur les rayons dans les prochains jours.

La principale nouveauté pour 2017, c'est la généralisation des propositions en ligne, accessibles à l'achat d'une version papier. On s'y branche avec un ordinateur fixe ou portable ou au moyen d'une tablette grâce à une clé USB ou un code numérique inclus.

En plus d'une navigation plus légère que celle proposée par les lourds bouquins, la version virtuelle est enrichie d'une offre de vidéos qui complète la démarche encyclopédique chère à Larousse ou à son concurrent immédiat, Le Robert illustré, qui s'en différencie par une seule classification alphabétique pour les noms propres et les mots de la langue. Pour attirer la clientèle, l'édition 2017 offre en prime un mini-ouvrage de conjugaison qui pourrait éviter à l'acheteur de se procurer le Bescherelle, toujours une référence en la matière.

La version numérique de l'austère mais très apprécié Petit Robert propose quant à elle l'accès plus rapide aux nombreux renvois qui distinguent ce dictionnaire plus utile à ceux et celles dont le français est le principal outil de travail.

En ce sens, Le Robert reste le concurrent le plus direct de deux produits québécois qui ont leur place sur le marché depuis plusieurs années.

Cette année, le Multidictionnaire propose toujours sa sixième édition dont la mise à jour remonte à l'an dernier. Conçu pour surmonter les difficultés rencontrées avant tout au Québec, l'ouvrage dirigé par Marie-Éva de Villers reste très prisé dans les écoles secondaires. Sa récente mouture est enrichie de beaucoup de citations tirées de la littérature et de la presse d'ici.

Antidote 9 est arrivé sur le marché l'automne dernier, après la rentrée. Ce dictionnaire à la fois correcteur et guide de rédaction conçu pour le travail sur ordinateur s'est vite imposé dans les bureaux. Un exemplaire permet de se brancher à trois ordinateurs d'une même maison. La version 9 propose aussi les mêmes atouts pour la rédaction en anglais. Cela en fait un outil unique surtout dans un pays qui, comme le Canada, compte deux langues officielles, d'égale importance, en principe du moins...

Pour inciter les lecteurs à renouveler leur(s) dictionnaire(s), les maisons font toujours la promotion des nouveaux mots ou noms propres qui entrent dans leurs ouvrages. Un peu comme autrefois, les constructeurs d'autos changeaient les pare-chocs, la gamme de couleurs proposées ou la poignée du cendrier pour nous persuader qu'ils proposaient des véhicules améliorés.

Cette habitude va sans doute cesser avant longtemps, car les tirages papier diminuent et les envois au pilon augmentent. Cela augmente les coûts unitaires de production. Une édition papier quinquennale serait à la fois plus économique et écologique. 

Toutefois, l'aberrante exemption de la taxe de vente provinciale sur le livre peut en faire un produit plus attrayant que l'achat d'un accès en ligne qui n'échappe pas à la taxe.

Alors cette année, les joueurs de Scrabble ont droit à leur nouveau mot avec un W. Le wrap, cette galette qui sert à rouler des sandwiches, fait son entrée dans le Larousse tout comme la ciabatta. Le Robert n'est pas en reste avec Twittosphère, mot hélas! de 12 lettres qu'il ne sera pas évident d'écrire: ceux qui la fréquentent s'amusent à tweeter à moins qu'ils ne consultent le Larousse qui accepte aussi Twitter. Et dire que certains pensaient avoir fait des progrès en normalisant évènement!

On appréciera en revanche que grâce au Robert on puisse désormais qualifier Alain Gravel et Paul Arcand de matinaliers.

Comme chaque année, la plupart des nouvelles entrées concernent des percées scientifiques et médicales, des développements techniques ou des courants artistiques. 

Les deux grands concurrents font aussi entrer quelques crus régionaux, question de ne négliger aucune niche. Chez Robert, on intègre ainsi relationniste, plate et massothérapeute. Chez Larousse, on opte cette année pour brasse-camarade, (dé)zipper ou conventum. Charmant, mais pas de quoi susciter un achat...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer