Clara Beaudoux: sur la piste de Madeleine

Une photo de Madeleine, qui a inspiré le... (Image tirée du compte Twitter de Clara Beaudoux)

Agrandir

Une photo de Madeleine, qui a inspiré le projet de la journaliste Clara Beaudoux.

Image tirée du compte Twitter de Clara Beaudoux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2013, Clara Beaudoux, journaliste à France Info, emménage dans son nouvel appartement, à Paris. Dans la cave, elle découvre les souvenirs d'une certaine Madeleine. La journaliste décide d'égrener sur Twitter les souvenirs de cette femme née en 1915. Résultat: un tweet-documentaire sur la mémoire dans une forme qui n'existait pas jusqu'ici. Les Éditions du sous-sol en ont fait un livre qui rend justice à la profondeur de la démarche. Entretien avec l'auteure.

La découverte

Journaliste web à France Info, Clara Beaudoux découvre en 2013 que la cave de son nouvel appartement parisien recèle de souvenirs laissés par l'occupante précédente, Madeleine, née en 1915. Sans trop savoir ce qu'elle en ferait, la jeune femme ne jette rien. Deux ans plus tard, la jeune journaliste s'attaque au contenu des boîtes. «J'ai tout de suite su que ce projet se déroulerait sur Twitter, que je connaissais bien pour l'avoir utilisé dans mon travail de reporter», confie Clara Beaudoux en entrevue à La Presse.

Sur Twitter

L'aventure débute en novembre 2015. Clara Beaudoux trouve des lettres, des souvenirs, des magazines, de petits objets. «Je tweetais le matin ce que j'avais découvert l'après-midi précédent, raconte-t-elle. J'écrivais à mesure dans un carnet ce que je ressentais et je le réécrivais de manière assez spontanée, sous forme de tweet, une fois à mon bureau.» Clara ne se doute pas que son projet est suivi par plusieurs personnes sur Twitter. «Certains m'ont accusée de piller la tombe d'une morte pour faire de l'argent, avoue-t-elle. Mais je m'étais assurée qu'aucun descendant ne tenait aux objets. On m'a répondu de m'en débarrasser.»

Une Française «ordinaire»

Clara découvre que Madeleine est née à Bourges, qu'elle a été enseignante, qu'elle aimait voyager. «Ce projet est plein de questions, observe la journaliste. J'ai dû y répondre à ma manière. Au fur et à mesure que le projet avançait, je me demandais: qu'aurait pensé Madeleine de ma démarche?» Sa pointure de chaussures, les paroles des chansons qu'elle recopiait dans des carnets, chaque fragment de la vie de Madeleine découvert par Clara compose le portrait de cette vie «ordinaire» d'une Française «ordinaire».

Le mystère Loulou

Durant la Seconde Guerre mondiale, Madeleine entretient une correspondance assidue avec un certain Loulou. Au début, Clara Beaudoux croit qu'il s'agit du père de Madeleine, puisque dans ses missives, il l'appelle «mon tout petit». Mais la journaliste se rend compte finalement que Loulou est l'amoureux de Madeleine. Cette dernière a conservé toutes ses lettres, qu'elle a numérotées et classées. À l'époque, elle vit à Aix, lui, à Paris. Se sont-ils mariés? Madeleine a-t-elle eu d'autres amoureux? Mystère...

De la cave au terrain

Madeleine était une véritable archiviste : elle a conservé des lettres mais aussi des notes, des factures, des listes. «Me laissait-elle des indices?», se demande Clara Beaudoux dans un de ses tweets. La journaliste va à la rencontre des gens qui ont connu Madeleine, ses voisins qui ont vent du projet sur Twitter et qui souhaitent témoigner de leur relation avec la vieille dame, morte à près de 100 ans. Clara Beaudoux rencontrera un témoin privilégié de la vie de Madeleine, son filleul, qui n'était pas au courant de la démarche de la journaliste mais qui l'apprécie beaucoup. Ses souvenirs alimentent la recherche.

L'aide du public

Sur Twitter, un certain engouement se manifeste pour le projet de Clara Beaudoux. Les gens l'aident à identifier des lieux, ils répondent à ses questions, ils refont certaines recettes de Madeleine... La participation du public donne des ailes à la journaliste. Elle qui rêvait de faire du documentaire invente une nouvelle façon de raconter une histoire. «Ça m'a fait franchir un pas dans ma vie professionnelle, reconnaît-elle. C'était la première fois que je parlais à la première personne, que je m'investissais dans un projet créatif et subjectif.»

Projet pédagogique

Clara Beaudoux a finalement visité l'école où Madeleine a enseigné, à Aubervilliers. Deux enseignantes, séduites par sa démarche, lui ont offert de rencontrer leurs élèves. Un projet pédagogique est né de cette rencontre, menant ces jeunes d'une commune de banlieue défavorisée à faire des recherches dans les archives, à rédiger, à aller interviewer les aînés de leur quartier. Une répercussion inattendue qui a beaucoup touché la journaliste, qui en a bien sûr parlé sur Twitter.

Sur papier

Le livre Madeleine Project paraît ces jours-ci au Québec. «Au départ, je ne voulais pas décliner ce projet autrement que sur Twitter, explique Clara Beaudoux, mais il est vrai que c'est un projet sur la mémoire et sur les traces qu'on laisse, alors ce n'est pas fou de vouloir garder une trace sur papier. Ça permet aussi aux gens qui ne m'ont pas suivie sur Twitter de le découvrir. Je suis en train d'écrire la suite. Je sors de la cave, j'emmène des objets à l'extérieur et j'ai appris beaucoup de choses sur Loulou.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer