Six livres apocalyptiques

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Les images qui nous proviennent de Fort McMurray depuis près de deux semaines évoquent un univers apocalyptique qui donne froid dans le dos. La fin du monde est un sujet récurrent en fiction. Voici quelques exemples, en plusieurs thèmes.

La route de Cormac McCarthy, 2008 

The Road a été publié en version originale en 2006 et peu de livres ont autant marqué les esprits depuis 10 ans. Cette histoire d'un homme et de son fils marchant vers le sud après une catastrophe qui semble être nucléaire - même si elle n'est jamais nommée - est aussi traumatisante que puissante. Froid, grisaille, absence de nourriture, bandes de cannibales, aucune lumière ne filtre de ce roman dont l'image ultime reste ce chariot d'épicerie comme dernier rempart contre la barbarie. - Josée Lapointe

Le fléau de Stephen King (1978 et 1990)

Tout commence par un virus qui s'échappe d'une base de recherches de l'armée américaine. Celui d'une «super-grippe», mortelle la plupart du temps. En quelques semaines, la maladie a anéanti des populations au complet, partout sur la planète. Les survivants se regroupent, les uns autour d'une mystérieuse vieille femme; les autres, autour d'un être sinistre ayant des pouvoirs surnaturels. L'effet secondaire du Fléau de Stephen King? Jamais plus une quinte de toux ou un éternuement ne paraîtront inoffensifs. - Sonia Sarfati

La guerre des mondes de H.G. Wells, 1898

Ce classique de la science-fiction aura inspiré notamment Orson Welles et Steven Spielberg pour des adaptations saisissantes à la radio et au cinéma - la fausse émission de radio de Welles en 1938 aurait même causé de petits mouvements de panique chez des auditeurs. En gros, il s'agit d'une invasion extraterrestre hostile, menée par des tripodes qui détruisent tout sur leur passage et qui boivent le sang des êtres humains, dans une intention de destruction totale. - Chantal Guy

Malevil de Robert Merle, 1972

Catégorisé dans le rayon SF, du seul fait que l'histoire commence après la destruction de la civilisation, ce grand roman de Merle publié en 1972 est surtout le récit de la lente reconstruction d'une société humaine par des survivants, racontée par un personnage, Emmanuel Comte. Ils rebâtissent cette société dans le château de Malevil, et devront se poser de nombreuses questions, entre autres sur la place des femmes, essentielles au renouvellement de l'espèce... - Chantal Guy

Zola Jackson de Gilles Leroy, 2010

Les ravages de l'ouragan Katrina en 2005 aux États-Unis ont inspiré à Gilles Leroy ce beau roman où une femme, Zola Jackson, refuse de quitter son chien, Lady, et sa maison envahie par les eaux à La Nouvelle-Orléans. Dans la tourmente, elle se souvient de son fils mort, un drame pire que la catastrophe naturelle. Katrina a aussi inspiré un autre Français, Laurent Gaudé. Ouragan (2010) suit une dizaine de personnages dans leurs efforts pour échapper aux inondations, mais surtout, on n'oubliera jamais cette image de la ville envahie par les crocodiles. - Chantal Guy

Le fil de kilomètres de Christian Guay Poliquin, 2013

Un mécanicien, qui travaille dans une raffinerie de l'Ouest canadien, doit aller retrouver son père mourant, 4736 km à l'est. Une panne d'électricité générale qui paralyse le pays rendra cependant son périple de plus en plus périlleux. Chaleur intense, route unique et dangereuse, essence et nourriture de plus en plus rares, villes désertées protégées par des milices... Comme dans The Road, le principal danger vient, malgré toutes les difficultés, des autres êtres humains. - Josée Lapointe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer