L'écrivain Umberto Eco est décédé

Umberto Eco... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Umberto Eco

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'écrivain italien Umberto Eco, très connu pour son ouvrage « Le nom de la rose », est décédé à l'âge de 84 ans.

Son éditeur l'a confirmé à l'Associated Press vendredi soir.

Umberto Eco est né en 1932 à Alexandrie, dans la région du Piedmont, en Italie.

Le romancier se dirigeait d'abord vers une carrière universitaire. Après avoir obtenu un doctorat de l'Université de Turin, en 1954 qui portait sur la philosophie médiévale, le jeune Umberto a travaillé à la télévision publique italienne. Dès 1956, il a donné des cours à l'Université de Turin, à Florence et à Milan, avant de se diriger vers l'Université de Bologne, en 1971.

Ses premiers écrits portaient sur l'esthétique et la sémiologie. Dans L'oeuvre ouverte, l'auteur explique que les ouvrages modernes aux messages ambigus permettent aux lecteurs de participer au processus créatif par leur interprétation des oeuvres. Il a publié d'autres livres sur ce thème, dont La production des signes, paru en 1976, et Sémiotique et philosophie du langage, lancé en 1984.

Plusieurs autres de ses écritures dans les domaines de l'histoire et des communications ont fait le tour du monde, telles que La recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, en 1993 et Histoire de la beauté, en 2004.

C'est sans contredit son ouvrage Le nom de la rose qui l'a fait connaître au grand public, en 1980. Le roman historique qui se déroule dans un monastère italien au XIVe siècle a d'ailleurs été adapté au cinéma en 1986.

Parmi ses autres romans célèbres, on retrouve Le Pendule de Foucault, lancé en 1990, et L'Île du jour d'avant, en 1994.

En entrevue avec le journal Le Monde, en 2010, Eco se décrivait d'abord comme un « philosophe qui écrit des romans ».

« Je me considère donc comme un philosophe, d'autant que je considère la sémiotique comme la seule forme de philosophie possible aujourd'hui - tout le reste, c'est littérature. Je suis un philosophe qui fait de la philosophie du lundi au vendredi, et qui, les week-ends, écrit des romans... depuis l'âge de 48 ans », avait-il confié au quotidien français.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer