Simon Roy remporte le Prix des libraires

Simon Roy... (Photo: François Roy, archives La Presse)

Agrandir

Simon Roy

Photo: François Roy, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'inclassable Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy a reçu hier le Prix des libraires dans la catégorie roman québécois, tandis que Silo de Hugh Howey a gagné dans la catégorie roman hors Québec.

«J'y crois plus ou moins encore, nous a confié Simon Roy. Je suis allé voir la liste des lauréats et des nominations et je me pince, ça n'a pas de sens!»

Professeur de littérature au cégep Lionel-Groulx, Simon Roy succède à Larry Tremblay, lauréat l'an dernier pour L'orangeraie, et a été préféré aux finalistes Michael Delisle (Le feu de mon père), Hélène Frédérick (Forêt contraire), Aki Shimazaki (Azami) et Mélissa Verreault (L'angoisse du poisson rouge).

Pas mal pour un premier livre hybride, à mi-chemin entre l'essai et le roman, qui mélange l'analyse du film The Shining de Stanley Kubrick et les souvenirs personnels. Simon Roy n'avait pas du tout prévu ce succès.

«Ce livre a tellement fait de chemin, c'est hors de contrôle. Il n'était pas destiné à marcher de par sa construction labyrinthique. Mais des lecteurs influents en ont parlé, et les libraires ont complètement embarqué. C'est intimidant, parce qu'il y a un an, personne ne me connaissait!»

Le Prix des libraires, qui a un grand impact dans la durée de vie d'un roman en librairies, est accompagné d'une bourse de 5000$ remise par le Conseil des arts du Québec, et d'une tournée de promotion dans un pays étranger offerte par l'Association internationale des études québécoises.

«Les libraires sont des lecteurs assidus et éclairés, c'est flatteur d'être choisi par un tel jury», souligne Simon Roy, qui savoure cette reconnaissance malgré la douleur qui a accompagné l'écriture de Ma vie rouge Kubrick, puisque c'est, entre autres, la mort de sa mère qui l'a inspiré.

«La poussière n'est pas encore retombée, c'est euphorisant. C'est le côté ensoleillé de l'expérience, mais il y a cette espèce de nuage noir aussi, car ce livre n'existerait pas s'il n'était pas arrivé les drames qui l'ont créé. Si je pouvais échanger ce livre contre la présence de ma mère...»

Les finalistes du volet roman hors Québec, remis à Hugh Howey pour Silo, étaient Maylis de Kerangal (Réparer les vivants), Sophie Divry (La condition pavillonnaire), Karl Ove Knaussgaard (Un homme amoureux) et Mary Swann (Abysses).

La liste des 18 finalistes au Prix jeunesse des libraires a aussi été rendue publique hier.

Infos: prixdeslibraires.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer