• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Houellebecq, apôtre en Allemagne d'une liberté d'expression absolue 

Houellebecq, apôtre en Allemagne d'une liberté d'expression absolue

L'auteur français participait lundi à une lecture en... (PHOTO WOLFGANG RATTAY, REUTERS)

Agrandir

L'auteur français participait lundi à une lecture en allemand d'extraits de son roman dans le cadre du festival international de littérature LitCologne.

PHOTO WOLFGANG RATTAY, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Eloi ROUYER
Agence France-Presse
Cologne

L'écrivain français Michel Houellebecq, qui présentait lundi son roman Soumission en Allemagne, s'est défendu d'avoir «écrit un livre islamophobe» mais a estimé qu'on en avait le droit, se faisant l'apôtre d'une liberté d'expression absolue.

L'auteur qui avait interrompu, après le massacre de Charlie Hebdo, la promotion de ce livre dans lequel il imagine une France dirigée par le chef d'un parti musulman, participait à une soirée du festival international de littérature de Cologne, dans un pays où l'admiration qu'il suscite dépasse de loin les polémiques françaises sur son éventuelle islamophobie.

En ouverture de la soirée, il a tenu à livrer une «explication» aux journalistes venus assister à l'unique présentation à l'étranger de son nouveau roman.

«Le début de mes interviews sur Soumission a été pénible car j'ai eu le sentiment de répéter en boucle: mon livre n'est pas islamophobe», a expliqué l'auteur.

Après les attaques terroristes qui ont fait 17 victimes en France, l'auteur estime qu'elles risquent d'être «encore plus pénibles» car il va devoir répéter «1) que le livre n'est pas islamophobe, et 2) qu'on a parfaitement le droit d'écrire un livre islamophobe».

Pour lui, les manifestations de masse qui ont suivi les attentats islamistes ont moins montré un désir d'unité nationale que «quelque chose de plus simple: les Français sont massivement attachés à la liberté d'expression».

Le romancier a estimé que pour devenir un héros, il suffisait parfois de n'être qu'une «tête de lard» [tête de cochon]. «Les dessinateurs de Charlie Hebdo étaient typiquement des têtes de lard», a-t-il déclaré.

Dans un contexte de tensions autour des menaces djihadistes en Europe qui ont par exemple conduit le mouvement allemand anti-islam PEGIDA à annuler lundi à Dresde sa manifestation hebdomadaire, la soirée Houellebecq n'a été perturbée par aucun incident, et seule une poignée de policiers étaient présents sur le lieu de l'évènement.

L'écrivain français Michel Houellebecq, qui présentait lundi... (Photo: Reuters) - image 2.0

Agrandir

Photo: Reuters

Soumission (Unterwerfung en allemand) est déjà un best-seller en Allemagne, alors qu'il n'est en vente que depuis le milieu de la semaine dernière.

L'éditeur allemand de Houellebecq, DuMont, a effectué un premier tirage de 100 000 exemplaires mais un retirage de 50 000 exemplaires est prévu à partir de lundi.

Si les controverses suscitées par l'auteur en France lui ont valu ses premiers échos médiatiques en Allemagne, Houellebecq y jouit depuis d'une véritable aura.

«On a perçu Houellebecq dès le début beaucoup plus comme un intellectuel alors qu'en France, il a d'abord été considéré comme un auteur à scandale», a expliqué à l'AFP l'universitaire Christian van Treeck, auteur d'une thèse sur La réception de Michel Houellebecq dans les pays germanophones.

En Allemagne, Houellebecq a fait l'objet de cours universitaires, de recherches et ses romans sont adaptés à l'écran, à la scène, sous forme d'émissions de radio.

L'auteur est même devenu, sous la plume de l'écrivain Bodo Kirchhof dans son livre Schundroman (Roman de pacotille, 2002), un personnage rebaptisé Ollenbeck, raconte M. van Treeck.

«Ce sont tout autant les facteurs que des signes d'un début de canonisation», souligne l'universitaire.

Et la réception de Soumission par la critique allemande tranche avec les jugements dont Houellebecq fait l'objet en France.

«La France, ça n'est pas Michel Houellebecq» et «ça n'est pas l'intolérance, la haine, la peur», a déclaré au lendemain de l'attaque de Charlie Hebdo le Premier ministre français Manuel Valls.

«Je suis Houellebecq», a titré en français le quotidien allemand de gauche Tageszeitung pour parler d'Unterwerfung.

«Celui qui qualifie Houellebecq d'auteur à scandale qui ne fait que provoquer intentionnellement, celui-là devrait retirer Sade, Rimbaud, Baudelaire, Balzac de sa bibliothèque ou les lire une fois», y écrit la critique Doris Akrap.

Elle accuse ceux qui voient en Houellebecq un pourvoyeur d'idées du Front national ou de PEGIDA de n'avoir rien compris.

Et son avis est loin d'être isolé. Le prestigieux hebdomadaire Die Zeit, de centre gauche, voit en Soumission «une satire pleine d'humour» tandis que le quotidien conservateur Die Welt affirme: «On ne le dira jamais assez fort: Soumission n'est en aucun cas un roman raciste ou islamophobe».

Pour le critique de ce journal, Jan Küveler, «plus que tout autre écrivain européen actuel, Houellebecq a la sensibilité et le courage d'identifier des conflits larvés (de nos sociétés) et d'en faire la folle trame de ses récits».

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • MARC CASSIVI | Houellebecq en Eurabia

    Marc Cassivi

    Houellebecq en Eurabia

    France, 2022. Les tensions ethnoreligieuses sont à leur comble. Les banlieues, à feu et à sang. Les médias «bien-pensants» minimisent les menaces à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer